Grossir le ciel – Franck Bouysse

Chronique :

Je découvre Franck Bouysse avec Grossir le ciel. Cela fait longtemps que Franck Bouysse est dans ma PAL et je suis très content d’avoir enfin lu un de ses romans. Bienvenue dans ce huis clos à ciel ouvert situé dans les Doges, un lieu-dit qui se trouve en pleine montagne Cévenole. Couverture-de-Grossir-le-ciel-de-Franck-Bouysse

Très vite on fait la connaissance de Gus, un quinquagénaire vivant seul avec son chien Mars dans sa ferme familiale isolée en pleine campagne. Son seul et unique voisin est Abel lui aussi propriétaire d’une ferme. Ce sont deux paysans rustres et solitaires qui cachent avec pudeur leurs blessures respectives. Ils vivent au rythme des saisons et mènent une vie d’une autre époque. Amis sans vraiment l’être, ils s’aident mutuellement quand cela est nécessaire. Un matin de janvier Gus prend son fusil et part chasser la grive. Mais au moment où il s’apprête à tirer, il entend des coups de feu qui proviennent du côté de chez Abel. Il décide donc d’aller voir ce qui s’est passé, mais n’est pas le bienvenue. Plus tard son chien se fait attaquer. A partir de ce jour-là plus rien ne sera jamais comme avant dans la vie de Gus. Certains secrets de familles enfouies depuis des décennies vont refaire surface pour le meilleur et/ou le pire.

Franck Bouysse nous emmène dans ce monde paysan avec brio. Les personnages sont attachants et les dialogues sont d’une grande efficacité. Ce roman nous parle de la vie en milieu rurale et aborde les thèmes de la solitude, de l’isolement, de la précarité et de la nostalgie tout cela dans une ambiance très sombre. La plume de l’auteur est simple et  poétique. Un récit empli d’une justesse sidérante.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire Grossir le ciel. C’est un roman âpre, dur et sec comme la vie peut l’être des fois. Et à la fin ce magnifique titre prend vraiment tout son sens. Un très bon roman noir rural, court mais d’une grande intensité, magnifiquement écrit.

Résumé de l’éditeur :

L’ abbé Pierre vient de mourir. Gus ne saurait dire pourquoi la nouvelle le remue de la sorte. Il ne l’ avait pourtant jamais connu, cet homme-là, catholique de surcroît, alors que Gus est protestant. Mais sans savoir pourquoi, c était un peu comme si l’ abbé faisait partie de sa famille, et elle n est pas bien grande, la famille de Gus. En fait, il n’ en a plus vraiment, à part Abel et Mars. Mais qui aurait pu raisonnablement affirmer qu’ un voisin et un chien représentaient une vraie famille ? Juste mieux que rien. C’ est justement près de la ferme de son voisin Abel que Gus se poste en ce froid matin de janvier avec son calibre seize à canons superposés. Il a repéré du gibier. Mais au moment de tirer, un coup de feu. Abel sans doute a eu la même idée ? Non. Longtemps après, Gus se dira qu’ il n aurait jamais dû baisser les yeux. Il y avait cette grosse tache dans la neige. Gus va rester immobile, incapable de comprendre. La neige se colore en rouge, au fur et à mesure de sa chute. Que s est-il passé chez Abel ?

Franck Bouysse – Grossir le ciel (La Manufacture de Livres 09/10/2014), (Livre de Poche 06/01/2016)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide

4 réflexions sur “Grossir le ciel – Franck Bouysse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s