Entretien avec Nicolas Feuz – L’Ombre du Renard

couv41991330

 

Comment t’es venue cette formidable intrigue pour « L’Ombre du Renard » ?

En 2015, j’ai écrit un précédent polar dont l’action se déroule en Corse, entièrement à Bonifacio, entre 1943 et l’époque contemporaine, Les Bouches. Suite à celui-ci, mon beau-frère qui est féru de Seconde Guerre mondiale, m’a informé de l’affaire du Trésor de Rommel. Je me suis passablement documenté. Une idée de « suite » des Bouches a germé dans mon esprit durant quelques années, puis s’est finalement matérialisée dans L’Ombre du Renard.

 

● J’ai été ravi de retrouver le fameux trio composé de Norbert Jemsen, Flavie Keller et Tanja Stojkaj, peux-tu me dire si on va les retrouver dans un prochain opus ?

Ce trio apparu pour la première fois en 2018 dans Le Miroir des âmes reviendra en librairie pour la troisième fois le 27 mai 2020, dans L’Engrenage du Mal. Un quatrième opus, actuellement en gestation, est également prévu pour le printemps 2021.

 

Tu décris parfaitement bien la Corse et son ambiance, tu t’es rendu sur place pour faire un repérage des lieux ?

Oui je suis allé plusieurs fois en Corse, dans le sud comme dans le nord de l’île, principalement pour des vacances. À la fin de l’été 2018, je suis retourné trois jours dans la région Bastia – Cap Corse – Saint-Florent, dans l’unique but d’y faire des repérages pour L’Ombre du Renard et me documenter sur les lieux du crime.

 

Est-ce que tu aimerais qu’un de tes livres soit adapté au cinéma ou en série pour la télé ?

J’imagine que c’est le rêve de tout écrivain, alors bien sûr ! J’ai été approché par une maison de production travaillant en collaboration avec la RTS (Radio Télévision Suisse) pour une adaptation d’Emorata, pour quelques grammes de chair, mon polar sorti en 2014 et dont l’action se déroule entre La Chaux-de-Fonds et la Camargue. Ce genre de projet prend toutefois beaucoup de temps et s’avère très onéreux, raison pour laquelle le producteur m’a dit qu’une coproduction avec France Télévision, par exemple, serait souhaitable. Par ailleurs, il semblerait que Netflix s’intéresse à Horrora Borealis (2016), mais ceci reste pour l’heure de l’ordre de la rumeur.

 

● Comment organises-tu tes recherches avant l’écriture d’un roman et combien de temps cela te prend-il ?

J’écris un polar par année depuis 2010. L’Engrenage du Mal sera mon 11ème roman. Certains m’ont demandé plus de recherches que d’autres, surtout quand on sort de mon domaine de compétences. Par exemple, l’écriture du Miroir des âmes ne m’a demandé que peu de recherches, car l’action se déroule entièrement dans ma région (Neuchâtel) et j’y décris des mécanismes (justice, police, police scientifique, médecine légale, etc.), des types d’affaires et des ambiances que je côtoie tous les jours depuis 21 ans en tant que juge d’instruction (1999-2010), puis procureur (2011-2020).

 

Peux-tu nous dire un petit mot sur ton prochain roman ?

À la fin de L’Ombre du Renard, je révèle en quelque sorte ce que l’on va découvrir dans L’Engrenage du Mal. Dans l’avion qui la ramène de Corse en Suisse, l’inspectrice Tanja Stojkaj comprend à la lecture d’une brève médiatique que sa mère serait morte assassinée et que son fils aurait disparu : « Lausanne – Le corps mutilé d’une femme découvert dans un appartement de la rue neuve. La police recherche un enfant de deux ans qui vivait avec la septuagénaire. » On naviguera entre thriller judiciaire et thriller psychologique, mais vous y découvrirez surtout un lieu unique en Europe, les Moulins Souterrains du Col-des-Roches. À leur sujet, Hans Christian Andersen écrivait en 1836 : « Nous sommes désormais dans un moulin à eau, un moulin souterrain. Bien au-dessous du sol mugit un torrent. Personne, là-haut, ne s’en doute. L’eau tombe de plusieurs toises sur les roues qui tournent bruyamment et menacent d’accrocher nos vêtements et de nous entraîner avec elles. Les marches sur lesquelles nous nous trouvons, sont usées et humides. L’eau ruisselle des murs de pierre, et, tout près, s’ouvre l’abîme. » (Voyages en Suisse)

 

Lien vers ma chronique L’Ombre du Renard

Je tiens à remercier Nicolas Feuz d’avoir pris le temps de répondre aux questions de la Caverne du Polar.

topelement

10 réflexions sur “Entretien avec Nicolas Feuz – L’Ombre du Renard

  1. laplumedelulu 12 février 2020 / 8 h 40 min

    Quel bel échange entre vous deux. Merci à vous. Hâte d’avoir la suite. 🙏😍

    Aimé par 1 personne

  2. CaLyEnOl 13 février 2020 / 10 h 10 min

    Parfait,j’ai le 1er avec le trio donc ce sera plus simple pour lire les suivents.
    Merci pour cette itw 😉

    Aimé par 1 personne

    • lacavernedupolar 13 février 2020 / 10 h 31 min

      Oui voilà c’est bien ça tu peux commencer par Le Miroir des âmes, c’est mieux du coup.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s