Entretien avec Valentin Musso – Un autre jour

couv13171985

 

● Peux-tu te présenter en quelques mots pour les lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Je suis à l’origine agrégé de lettres classiques et je suis l’auteur de huit romans qui sont en général classés en policier ou thriller. Mes livres ont la particularité d’explorer des univers, des époques et des lieux très différents.

 

● Quel est ton premier souvenir avec le monde du livre ?

Ma mère était bibliothécaire, il y avait donc beaucoup de livres à la maison et j’allais souvent la rejoindre à son travail après l’école. J’ai grandi dans un environnement propice à la lecture, mais je ne suis vraiment devenu lecteur que vers l’âge de 13 ou 14 ans. Quelques livres m’ont profondément marqué à cette époque : Le Grand Meaulnes, Les Hauts de Hurlevent, les nouvelles d’Edgar Allan Poe…

 

● D’où t’es venue l’envie d’écrire des polars ?

J’ai sans doute subi l’influence des lectures de mon adolescence : les romans d’Agatha Christie ou de Conan Doyle. Le policier est un genre à la fois très codifié et très souple, qui permet de divertir tout en abordant des thèmes qui nous tiennent à cœur. Mes romans reposent sur une enquête policière mais surtout, pour les personnages, sur une quête de leurs propres origines. C’est cette dimension psychologique qui m’intéresse le plus. Mais quand je commence un livre, je ne me dis jamais : je vais écrire un thriller. Je me dis simplement : je vais écrire un roman, raconter une histoire. Je ne m’interdis d’ailleurs pas d’aborder d’autres genres à l’avenir. C’est l’histoire qu’on a en tête qui nous conduit vers un genre plutôt qu’un autre.

 

● Comment t’es venue l’idée de l’intrigue pour ton dernier roman « Un autre jour » ?

Je m’intéresse depuis longtemps à la mémoire et à la manière dont se forment nos souvenirs. J’ai lu un jour un article dans une revue scientifique qui montrait qu’on avait aujourd’hui non seulement la faculté d’effacer les souvenirs, mais aussi de les modifier. J’ai trouvé ce thème passionnant. Je suis donc parti d’éléments plutôt théoriques et abstraits, ce qui n’est pas dans mes habitudes. J’avais dans mes carnets l’ébauche d’une histoire, mais ce n’est que lorsque j’ai eu l’idée de la chute que je me suis vraiment lancé dans ce roman.

 

● Parle-nous un peu de tes personnages, comment Adam et Claire ont-ils pris forme ?

À cause de la révélation finale, cette histoire m’a obligé à travailler mes personnages d’une manière complètement nouvelle. On ne sait presque rien de leur passé, de la même manière qu’on ignore presque tout du lieu où se déroule le roman. Il n’y a quasiment pas d’ellipses dans Un autre jour, on vit l’histoire en temps réel. Du coup, on ne va pas lâcher Adam d’une semelle. Le lecteur connaît toutes ses pensées, il suit ses faits et gestes minute après minute. Durant toute l’écriture, je voulais que le lecteur s’identifie totalement à Adam et se sente aussi perdu que lui. Quant au personnage de Claire, il est très particulier car elle est au centre de l’intrigue mais on ne la voit presque pas. C’est un personnage en creux, une absente qui hante chaque page.

 

Dans ce roman tu abordes plusieurs thèmes dont la mémoire, la réalité et l’illusion. Je me suis posé un tas de questions après avoir fermé ton livre. Quel message souhaites-tu faire passer ?

Que le lecteur se pose des questions, c’est exactement ce que je recherche. J’ai toujours pensé que celui qui vous lit avait sa part de travail à accomplir. Comme les personnages, il est placé devant des dilemmes et se demande forcément comment il aurait agi à leur place. Mais je n’essaie pas de faire passer de message à proprement parler. Je me méfie un peu des romans qui n’utilisent l’histoire que comme prétexte pour imposer des idées ou faire la morale.

 

● Es-tu un grand lecteur et si oui qui t’a inspiré ?

J’ai toujours été très éclectique dans mes lectures. Je lis aussi bien des romans que des essais ou des livres historiques. Dans le domaine du policier, c’est Agatha Christie qui m’a le plus influencé, parce qu’elle a exploré un nombre impressionnant de possibilités et d’astuces narratives. Parmi les grands classiques, les auteurs qui m’ont marqué, plus qu’influencé, sont Flaubert, Proust, Giono, Camus et les romanciers russes. Chez les auteurs contemporains, j’admire en particulier les œuvres de Philip Roth, Ian McEwan et Donna Tartt. Le Maître des illusions est un chef-d’oeuvre du roman psychologique qui a eu une grande influence sur plusieurs de mes romans.

 

● Quel sera ton mot de fin à cet entretien?

Félicitations pour ton blog bien sûr !

 

Lien vers ma chronique Un autre jour

Je tiens à remercier Valentin Musso d’avoir pris le temps de répondre aux questions de la Caverne du Polar. J’espère vous avoir permis de découvrir un peu plus cet auteur.

 

28040_mussovalentin2015johnfoley

 

 

4 réflexions sur “Entretien avec Valentin Musso – Un autre jour

  1. laplumedelulu 7 mars 2020 / 12 h 54 min

    La révélation de 2019. Valentin a eu la gentillesse de me l’envoyer dédicacé pour mon anniversaire. Je ‘ai pas eu le temps de faire ma chronique. Mais ce livre est un scud que l’ on se prend en plein sternum. Merci à toi Steve et à Valentin de s’être prêté au jeu. 🙏❤️

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s