Urbex Sed Lex – Christian Guillerme

Bonjour à tous vu que je n’ai pas trop le temps depuis plusieurs semaines pour alimenter mon blog régulièrement, je me suis dis que je vais donner la parole à des ami(e)s blogueurs/blogueuses, bookstagrammers/bookstagrameuses. Ils vont chacun partager à leur tour une chronique du livre de leur choix. Du coup on débute cette nouvelle série avec Alexandra Guerreiro auteur de l’Effet Domino un roman policier, qui nous vient tout droit de la région parisienne.

 

Chronique :

Merci à toi Steve de m’accueillir dans ta Caverne du Polar pour la présentation de ma dernière lecture, Urbex Sed Lex de Christian Guillerme.

J’avais lu son premier « La corde de mi » et pour une analphabète du solfège comme moi, je n’avais eu aucun mal à suivre l’intrigue. Là encore, L’auteur nous embarque avec facilité et dans la découverte d’un univers, l’Urbex, discipline très en vogue qui consiste à explorer des sites/friches industrielles abandonnées. couv44353572

Quand on a une légère tendance à la claustrophobie et au vertige on pourrait être tenté de passer son chemin. Mais la curiosité l’a emporté, j’ai été forte et courageuse et j’ai donc suivi Théo, Carine, Chloé et Fabrice dans leur expédition. L’auteur pose le décor sans se presser. On sent venir le piège et le coup foireux mais on ne comprend pas bien le pourquoi du comment, c’est très déstabilisant. Les quatre amis sentent aussi que ce défi est trop beau pour être vrai – pensez-donc, recevoir 32000 euros contre une nuit passée à explorer un site ! Grosse arnaque ou chance du siècle ?

Mais le défi sportif l’emporte sur la raison et voilà nos quatre urbexers en route pour le lieu du rendez-vous.

Et je m’arrête là pour le pitch parce que pour le reste… Préparez-vous, attachez vos ceintures, ça va secouer. N’ayez pas peur de votre ombre, du bruit de pas ou de respiration à vos côtés, n’ayez pas peur des ruines qui vous entourent car votre salut viendra peut-être d’un de ces tuyaux ou de cette vieille porte…

Restez vigilants, retournez-vous souvent, écoutez votre instinct plutôt que votre raison et vous aurez peut-être une chance de sortir indemne de ce livre…

C’est un huis clos bien angoissant, bien flippant ; le décor choisi par l’auteur et par l’organisateur du défi tient toutes ses promesses ! L’écriture est très visuelle, on est aux côtés des quatre jeunes en permanence. On les suit pas à pas. Notre rythme cardiaque s’emballe en même temps qu’eux.

On passe du scepticisme à la méfiance puis à l’angoisse franche en quelques pages. Mais il est déjà trop tard et ils ne peuvent plus faire demi-tour. On ne peut plus lâcher le livre.

J’ai aimé que l’auteur arrive à me surprendre. Il aurait pu choisir la facilité par rapport au destin qu’il réserve à ses personnages mais il a fait les bons choix pour accrocher le lecteur jusqu’au bout ; le suspense est réel jusqu’à la dernière page.

Théo, Carine, Chloé et Fabrice sont deux couples d’amis très soudés qui partagent cette passion pour l’Urbex. On les sent pro, carrés, ils ne laissent rien au hasard, aucune place à la fantaisie tant cette discipline peut s’avérer dangereuse. Ils ont un instinct de survie remarquable (et pas mal de chance par moment) mais au final leurs actions sont cohérentes avec leurs caractères et tout coule, tout est fluide, on approuve leurs choix, on avance avec eux, on croise les doigts. Les dialogues sont naturels, aucun cliché ou autre… Encore une fois, l’écriture franche, directe et sans fioritures est impeccable. Les descriptions sont nécessaires et justement dosées pour installer l’ambiance, l’angoisse. Il fait nuit, ils sont seuls dans une friche abandonnée… Le lieu lui-même est un personnage à part entière de l’intrigue.

Bref, ça ne m’a clairement pas donné envie de me lancer dans l’Urbex mais j’ai passé un très bon moment de lecture.

Résumé de l’éditeur :

Contre une belle somme d’argent, quatre jeunes passionnés d’urbex sont mis au défi de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté.
Ils vont relever le challenge, mais, une fois sur place, ils vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans cet immense endroit abandonné…
Et très vite comprendre qu’ils n’auraient jamais dû accepter cette proposition.
JAMAIS !

Christian Guillerme – Urbex Sed Lex (Editions Taurnada 2020)

 

Merci à Alexandra pour cette chronique, j’espère que cette nouvelle formule vous plaira. A très vite.

Voici l’adresse de sa page Instagram : https://www.instagram.com/alex_ch_guerreiro/

2 réflexions sur “Urbex Sed Lex – Christian Guillerme

  1. brindille33 8 juillet 2020 / 15 h 33 min

    Je l’ai ajouté dans ma liste. J’adore les photos d’urbex. Quant à la Corde de mi, je ne connaissais pas. A mon avis je vais le rajouter sauf si c’est un thème d’horreur. Je ne connais pas l’auteur. Merci pour le partage.

    Aimé par 1 personne

Répondre à https://evasionpolaretplus.wordpress.com Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s