N’éteins pas la lumière – Bernard Minier

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler du troisième tome de la série mettant en scène Martin Servaz, le célèbre commandant créé par Bernard Minier. J’ai beaucoup aimé les deux premiers opus que sont Glacé et le Cercle, pour moi néteins pas la lumière est un ton en-dessous. Mais comme toujours quel plaisir de retrouver Martin Servaz et toute son équipe. C’est parti en direction de la ville rose, la charmante ville de Toulouse. Minier-Bernard-N-EteinsPasLaLumiere

On fait la connaissance de Christine Steinmeyer, une brillante animatrice radio qui reçoit une lettre anonyme le soir de Noël. Cette lettre qui apparemment ne lui est pas destinée, est un appel au secours d’une personne qui va mettre fin à ses jours. Ceci va d’ailleurs être le point de départ du harcèlement quotidien auquel elle va devoir faire face. Au fil des jours sa vie bascule, on l’accuse d’harcèlement au travail, son couple explose et on s’introduit chez elle ! Pour Christine c’est une longue descente aux enfers… Va t’elle s’en sortir ou pas ?! Parallèlement, on retrouve un Martin Servaz en pleine dépression dans une maison de repos pour flic au bout du rouleau. Hors un matin, il reçoit un paquet qui contient une clef magnétique d’une chambre d’hôtel. Intrigué il décide de s’y rendre et il apprend que cette chambre est un peu spécial, car une jeune femme s’y est suicidée un an plus tôt. Bien entendu il n’en fallait pas plus pour que son instinct de flic refasse surface. Petit à petit il va commencer à enquêter de son côté, même si officiellement il n’a pas le droit. Bien sûr qu’il y a un lien entre les deux histoires, mais on ne sait pas quand ni comment elles vont se recouper.

Même si j’ai un peu moins aimé ce livre que les deux premiers tomes, je dois dire que Bernard Minier sait vraiment se renouveler. Les trois opus sont vraiment très différents les uns des autres. Que ce soit au niveau de l’intrigue, de l’enquête et des personnages. Dans n’éteins pas la lumière, le thème principal est la manipulation et le harcèlement sous toutes ces formes… L’auteur a voulu nous mettre dans la peau d’une victime d’un manipulateur, sur ce point le livre est une vraie réussite.

N’éteins pas la lumière est un bon roman, mais j’ai regretté la quasi absence de certains personnages que j’apprécie beaucoup, comme, Vincent Espérandieu, Samira Cheung et Julian HirtmannIrène Ziegler quant à elle a complètement disparue. J’espère vraiment les retrouver dans Nuit le quatrième tome des aventures du commandant Martin Servaz.

Résumé de l’éditeur :

« Tu l’as laissée mourir… » Christine Steinmeyer croyait que la missive trouvée le soir de Noël dans sa boîte aux lettres ne lui était pas destinée. Mais l’homme qui l’interpelle en direct à la radio, dans son émission, semble persuadé du contraire… Bientôt, les incidents se multiplient, comme si quelqu’un avait pris le contrôle de son existence. Tout ce qui faisait tenir Christine debout s’effondre. Avant que l’horreur fasse irruption. Martin Servaz, de son côté, a reçu par la poste la clé d’une chambre d’hôtel. Une chambre où une artiste plasticienne s’est donné la mort un an plus tôt. Quelqu’un veut le voir reprendre du service… ce qu’il va faire, à l’insu de sa hiérarchie et de ses collègues. Et si nos proches n’étaient pas ce que nous croyons ? Et si dans l’obscurité certains secrets refusaient de mourir ? Non, n’éteignez pas la lumière, ou alors préparez-vous au pire…

Bernard Minier – N’éteins pas la lumière (Editions XO 2014), (Editions Pocket 2015)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide

Entretien avec Laure du blog Les Mots de Lau

Aujourd’hui la série d’entretien se poursuit avec Laure du blog Les Mots de Lau.

52971404_636906336765874_436429652924301312_n

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour tout le monde moi c’est Laure, j’ai 33 ans et j’habite dans le nord-est de la France près de Nancy dans le 54. Je suis une personne dynamique et sympathique, pas du tout timide, très active sur les réseaux sociaux. J’aime la communication, la bonne entente et le rire par contre j’évite de parler de ma vie privée sur les réseaux sociaux. J’aime profiter de la vie, de nature joyeuse je garde le sourire en toute occasion. L’amitié et la famille sont des valeurs très importantes pour moi.

 

  • Quel est ton premier souvenir avec le monde du livre ?

Mon premier souvenir littéraire est le moment où j’ai tenu mon tout premier polar entre les mains. C’était une lecture imposée au collège, on parlait Grand prix littéraire et dans ce cadre-là nous avions à lire « La nuit du renard » de Mary Higgins Clark qui avait justement reçu ce titre en 1980. Mon déclic fut immédiat, à peine donné en classe que j’avais déjà englouti ce roman. Pendant que mes camarades, pour la plupart, peinaient dans cette lecture moi j’enchaînais avec deux autres titres de l’auteure « Le fantôme de Lady Margaret » et « La clinique du Docteur H ». J’ai vraiment su que ce serait une passion en découvrant mon premier Stephen King. J’avais 13 ans.

 

  • Quelle est la date de création et l’origine du nom de ton blog ?

J’ai ouvert ma page Facebook le 30 avril 2018. Son nom m’est venu assez naturellement, Lau étant l’un de mes surnoms j’y ai ajouté « les mots » devant et voilà le nom de ma page était tout trouvé. J’ai ouvert mon blog deux mois après puis ont suivi, instagram, twitter, babelio, booknode, livraddict et bepolar.

 

  • Qu’est ce qui t’a motivé à créer ton blog Les mots de Lau ?

Je faisais déjà quelques retours sur les livres que je lisais, mais avant la création de mon blog je les publiais sur ma page perso fb. Plusieurs personnes m’ont conseillé d’ouvrir une page et je me suis dit pourquoi ne pas essayer après tout. J’étais loin de me douter de la merveilleuse aventure que je débutais, de la belle communauté que j’allais rencontrer. Du virtuel au réel il n’y a qu’un pas, j’ai la joie de partager au quotidien ces moments avec des personnes qui sont devenues de vrais amis.

 

  • Tu es également administratrice du groupe Thrillers & Vous sur Facebook, d’ailleurs vous venez de sortir votre premier recueil de nouvelles, peux-tu nous en parler ?

Je suis administratrice d’un groupe de lecture noire « Thrillers & Vous » avec mon amie Émilie Resse qui tient le blog « les lectures d’Émilie ». Nous avons eu l’idée de ce groupe en décembre 2018, nous l’avons travaillé à deux, préparant nos rubriques dans l’ombre, pour enfin l’ouvrir définitivement le 16 janvier 2019. Bien plus qu’un groupe de partage de lectures, nous voulions instaurer une bonne ambiance, faire de celui-ci un lieu de rendez-vous et de détente centré sur la communication et l’humour. Nous avons plusieurs rubriques hebdomadaires et nos cerveaux sont toujours en marche afin de proposer toujours plus aux membres thrilleriens. Alors, quand Jonathan Guscioni (auteur des Jeux de Dawin) nous a lancé l’idée de ce recueil nous avons accepté de relever ce défi. Nous avons lancé un appel aux membres du groupe, ainsi auteurs comme lecteurs pouvaient participer. Les seules conditions étaient une limitation en nombre de caractères ainsi qu’un petit clin d’œil au groupe en plaçant « Thrillers & Vous » dans chaque nouvelle. 22 auteurs ont répondu présents pour un total de 21 nouvelles, en effet nous avons eu la chance d’avoir un quatre mains. Les 2 préfaces ont été écrites par deux chroniqueurs de talent que nous apprécions beaucoup, Danino Garnault et Laurent Fabre. Nous avons également rédigé une courte préface personnalisée pour les nouvelles de chaque auteur. Tous les textes ont été décortiqués en vue d’une correction par nos amies Stéphanie Farias, Sophie Huot et Karen Kazcook. Un beau travail d’équipe puisque nous avons reçu l’aide de plusieurs personnes quand on avait besoin comme Cyril Carrère ou encore Benjamin Bello. À noter également que l’intégralité des covers que vous allez trouver dans notre recueil a été réalisée par Émilie. Une belle aventure humaine et amicale riche en découvertes a donné le jour à ce recueil que nous avons décidé de mettre en ligne gratuitement sur notre groupe. Ainsi vous pour pourrez avoir ses 21 histoires de thrillers dans un fichier mis à votre disposition sur le groupe quel que soit le format numérique et pour les amoureux du papier vous le trouverez à prix coûtant sur amazon. Enfin pour conclure je dirais que si vous aimez les thrillers, avoir peur, être torturé, angoissé, mais que vous aimez en rire alors rejoignez-nous ! Votre place est avec nous ! Venez découvrir les 22 talentueux auteurs qui ont fait de ce recueil une vraie pépite thilleresque.

Nous tenons à rendre hommage à Stéfan Leclerc, auteur de « La voisine de Mickey », une nouvelle qu’il a écrite spécialement pour notre groupe. Nos pensées vont pour sa famille et nous lui dédions ce recueil.

 

  • Quels sont tes auteurs préférés ?

J’ai cité Stephen King dans mes débuts en tant que lectrice et c’est un auteur auquel je suis restée fidèle, à chaque sortie de livre je suis présente. J’ai découvert « Vertige » de Franck Thilliez à sa sortie en 2011, j’ai tellement aimé son écriture et cet univers que j’ai vite remédié à mon retard en me procurant ses précédents romans, depuis je le suis également à chaque nouvelle sortie. Patrick Senécal, un écrivain québécois que j’apprécie énormément, Hell.com ou encore Aliss sont deux livres qui m’ont beaucoup plu. Cyril Carrère est un auteur que je suis de près, je l’ai connu avant la sortie de son premier livre « Le glas de l’innocence » que j’ai pu lire en avant-première tout comme son second roman « Grand froid » qui m’a littéralement transporté. J’aime beaucoup sa façon de travailler très méthodique et son style d’écriture précis, direct avec un côté très immersif et réaliste à la fois. C’est un plaisir de le voir évoluer au fil de ses récits, je suis l’une de ses bêta-lectrices et son prochain thriller qui sera édité chez Metropolis va être vraiment énorme! Une auteure également que je suivrai toujours : Clarence Pitz qui a écrit « La parole du chacal » et qui va sortir au mois d’octobre « Ineffaçables » aux Éditions Nouvelle Bibliothèque. Clarence arrive à mettre une ambiance autour de ses scènes qui rend l’histoire très vivante, le tout dans une atmosphère électrique et oppressante, autant dire c’est le dépaysement total^^ Elle réitère avec son second thriller, un livre haut en couleurs se passant à Bruxelles ou des meurtres en série vont avoir lieu. Une intrigue palpitante avec une originalité dans ces mises en scène macabres qui va dérouter la police et qui fera couler beaucoup d’encre.

 

  • Quelles sont tes autres passions dans la vie ?

J’adore les animaux, la cruauté animale me révulse. Je craque pour les tortues terrestres, j’en ai d’ailleurs une qui se prénomme « Kouma » J’ai également un bouledogue français et un lapin. Une autre de mes passions est la cuisine, j’adore concocter de bons petits plats, mais ma passion première reste la pâtisserie. Je suis entièrement autodidacte et je ne m’impose aucune limite dans la confection de mes desserts. J’adore apprendre des nouvelles choses et j’espère voyager davantage, et pour finir sur mes passions le sport est également présent, j’ai fait du tennis et de l’équitation maintenant j’oriente plus mes séances de sport sur du cardio et du renforcement musculaire.

 

  • Quel sera ton mot de la fin ?

Je te remercie Steve pour cette proposition d’entretien, c’était très sympa. Nous les chroniqueurs avons plus tendance à poser les questions que de passer sur le grill alors j’ai trouvé cet échange très sympa. Le mot de la fin ira pour mon groupe de lecture « Thrillers & Vous » avec Émilie nous ne pouvons que vous invitez à nous rejoindre. Nous sommes bien plus qu’un groupe comme on trouve tant sur les réseaux, le nôtre est avant tout une belle famille. Des liens d’amitié profonds se créent au quotidien et de magnifiques rencontres en découlent. Nous y mettons tout notre cœur pour l’animer en proposant plusieurs rubriques tournées vers les thrillers, mais toujours avec ce fond d’humour qui nous caractérise.

 

Merci à Laure de s’être prêté au jeu et d’avoir répondu à mes questions. A très vite pour un nouvel entretien.

Voici l’adresse de son blog : https://www.lesmotsdelau.fr/

67677667_1092275377632900_3369994918566035456_o.jpg

Le Manuscrit inachevé – Franck Thilliez

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler du dernier one-shot de Franck Thilliez, le Manuscrit inachevé. Franck Thilliez est un de mes auteurs favoris et même si j’ai une légère préférence pour les aventures de Sharko & Hennebelle, je découvre toujours avec grand plaisir ses one-shots. J’attendais beaucoup de ce livre et je dois dire que je n’ai pas été déçu. En plus ce roman de par sa couverture et son nom m’a vraiment intrigué. C’est parti, suivez-moi en direction de la Côte d’Opale dans le Nord de la France. 9782265117808_large

Dès le prologue, on est mis au parfum, nous savons que nous ne lisons pas le livre de Franck Thilliez mais celui de Caleb Traskman. Le manuscrit inachevé est un roman écrit par Caleb, mais ce dernier étant mort avant la fin du roman n’a pas pu écrire le dénouement de l’histoire. C’est donc son fils, J.L Traskman qui a écrit cette fameuse fin.
Dès le début du roman on fait la connaissance de Léane Morgan, une célèbre romancière dont le dernier roman s’intitule… Le manuscrit inachevé… Elle écrit sous un pseudo masculin et se fait passer pour un homme. (J’espère que vous me suivez encore ?!) Depuis que sa fille Sarah à disparue lors d’un footing Léane vit sur Paris. Jullian son mari quant à lui est resté dans leur villa situé au bord de la Côte d’Opale. Ce dernier ne peut se faire à l’idée que sa fille est morte et ne cesse de faire tout son possible pour la retrouver. Mais a force de trop chercher, il est mystérieusement attaqué lors d’une promenade… Lorsque Léane arrive à l’hôpital, elle va découvrir que son mari a perdu la mémoire. Parallèlement sur une route entre Chambéry et Grenoble une voiture fonce dans un ravin en tentant d’échapper à la douane. Dans le coffre de cette voiture, la police va découvrir un corps sans visage ni main et des mains sans corps. Quel lien entre ces deux affaires…

Comme toujours avec Franck Thilliez, on est littéralement happé et porté par l’intrigue. Les chapitres sont courts et le rythme très soutenu. On ne sait pas vraiment quoi penser des différents protagonistes, pendant toute la lecture du livre je me suis méfié de tout le monde. La manière dont a été construite cette histoire est fascinante, l’auteur se renouvelle sans arrêt, concernant l’intrigue, je ne pense pas que grand monde ai découvert le dénouement avant la fin et quelle fin… Franck Thilliez nous laisse des indices, mais il est tellement fort qu’il se joue de nous et à chaque fois je me dis (ah oui quand même il est très fort pour nous berner !)

Le manuscrit inachevé est vraiment un thriller différent. J’ai déjà lu tellement de thriller différents dans ma vie, que des fois je me demande bien ce que les auteurs peuvent encore inventer et apporter de nouveau… Et à chaque fois je suis bluffé par l’imagination débordante de Franck Thilliez qui nous régale comme toujours. Alors d’après vous cette fin est-ce une énigme à résoudre ou préférez-vous le fait que c’est une fin ouverte ? A vous de décider et de choisir…  Mais soyez attentif !

Résumé de l’éditeur :

Aux alentours de Grenoble, un jeune a fini sa trajectoire dans un ravin après une course-poursuite avec la douane. Dans son coffre, le corps d’une femme, les orbites vides, les mains coupées et rassemblées dans un sac. À la station-service où a été vue la voiture pour la dernière fois, la vidéosurveillance est claire : l’homme qui conduisait n’était pas le propriétaire du véhicule et encore moins le coupable.

Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. L’institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète. En pleine promo pour son nouveau roman dans un café parisien, elle résiste à la pression d’un journaliste : elle ne donnera pas à ce vautour ce qu’il attend, à savoir un papier sur un auteur à succès subissant dans sa vie l’horreur racontée dans ses livres. Car sa vie, c’est un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, L’inspirante, villa posée au bord des dunes de la Côte d’Opale où est resté son mari depuis la disparition de leur fille. Mais un appel lui annonçant son hospitalisation à la suite d’une agression va faire resurgir le pire des quatre dernières années écoulées. Il a perdu la mémoire. Elle est seule.

Dans le vent, le sable et le brouillard, une question se posera : faut-il faire de cette vie-là un manuscrit inachevé, et en commencer un autre ?

Franck Thilliez – Le Manuscrit inachevé  (Editions Fleuve Noir 2018), (Editions France Loisirs 2019), (Editions Pocket 2019)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleine

L’heure des fous – Nicolas Lebel

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler de L’heure des fous le premier roman de Nicolas Lebel. Après avoir eu un gros coup de cœur pour De cauchemar et de feu, le quatrième tome mettant en scène le capitaine Daniel Mehrlicht, j’ai décidé de commencer cette saga par le début. C’est parti, suivez-moi en direction de Paris dans l’univers si spéciale de Nicolas Lebel. 51ZKMWs0BDL

L’histoire commence par la découverte du corps d’un SDF retrouver sur les voies de la gare de Lyon. A première vue l’enquête semble assez banale, mais cela va très vite se compliquer. Toute l’équipe du capitaine Mehrlicht est sur le pont et leurs recherches nous mènent à travers des lieux mythiques de Paris. De Bercy à la Sorbonne, en passant par la Défense et le bois de Vincennes, le travail d’investigation va dévoiler au compte-gouttes de nouvelles informations qui vont nous permettre d’assembler les différentes pièces du puzzle. L’enquête est rondement menée, sans temps morts et avec des chapitres très courts.

J’ai pris énormément de plaisir à retrouver le capitaine Daniel Mehrlicht, ancien candidat malheureux de question pour un champion, gros fumeur de Gitanes et grand fan de Sudoku, dont le téléphone sort des répliques d’Audiard à chaque appel. Les personnages sont d’ailleurs le point fort et la réussite principale de ce roman mais également de toute la saga. Ils sont tous très travaillés et font vraiment partie intégrante du roman. Que ce soit le lieutenant Mickael Dossantos adepte du code pénal et du sport, ou le lieutenant Sophie Latour qui tente de se faire respecter tant bien que mal face au machisme du capitaine. Le pauvre stagiaire qui est le véritable souffre-douleur du capitaine. Et bien entendu Jacques le collègue et ami atteint du cancer à qui Daniel rend fréquemment visite à l’hôpital. L’heure des fous est un mélange savant d’humanité, d’humour et de dialogues brillants.

L’heure des fous est un très bon premier roman. Nicolas Lebel a vraiment son propre style et il nous propose une enquête originale et différente de ce que j’ai l’habitude de lire. Je suis vraiment fan du capitaine à la tête de grenouille. Je conseil vraiment à tout le monde de découvrir cet auteur unique qu’est Nicolas Lebel. Laissez-vous tenter par Mehrlicht et son équipe vous ne serez pas déçu.

Résumé de l’éditeur :

Paris : un SDF est poignardé à mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. « Vous me réglez ça. Rapide et propre, qu’on n’y passe pas Noël », ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et à son équipe : le lieutenant Dossantos, exalté du code pénal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Ménard, souffre-douleur du capitaine à tête de grenouille, amateur de sudoku et de répliques d’Audiard… Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité. L’affaire va entraîner le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la Jungle, nouvelle Cour des miracles au cœur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale. Il leur faut à tout prix empêcher que ne sonne l’heure des fous…

Nicolas Lebel – L’heure des fous (Editions Marabout 2013), (Le Livre de Poche 2019)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide

Entretien avec Christine du blog Evasion Polar

Aujourd’hui la série d’entretien se poursuit avec Christine du blog Evasion Polar.

Screenshot_20190809_124026.jpg

 

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ?

25 ans dans la tête, amoureuse de la vie, passionnée des livres et des mots. J’aime le soleil, le vin et la mer méditerranée 🙂 mais je vis en Lorraine à mon grand désespoir. Je côtoie peu de monde j’aime ma tranquillité, #jaimepaslesgens sauf quelques- uns ou unes qui ont la même passion que moi. J’ai du caractère et je ne mâche pas mes mots, un peu râleuse mais avec un gros coeur comme ça. Maman de 3 gazelles de 25, 23, 20 ans qui sont naturellement mes plus belles réussites.
Secrétaire de Mairie et bibliothécaire, j’ai suivi mon homme, élevée mes filles, ma colocataire (sep) est venue à moi c’était compliquée puis j’ai repris un boulot pour m’occuper d’enfants en situation de handicap.

 

  • Quel est ton premier souvenir avec le monde du livre ?

Depuis que j’ai su lire mais un prof de Français Monsieur Lancel, au collège m’a donné l’envie et l’amour du livre, de la littérature en général, je faisais des concours de dictées et de récitation, de poésie, j’étais subjuguée par Rimbaud. Je ne me souviens même pas d’être passée à la littérature jeunesse, je lisais voltaire, Baudelaire, Hugo sus a couette avec une lampe de poche, je lisais jusque une heure du matin, depuis je suis hyper myope. Mais j’ai toujours le même toc je lis sous ma couette avec des leds, si je faisais de la psychologie de comptoir je te dirais que cela e rassure je me fais un cocon douillet.

 

  • Quelle est la date de création et l’origine du nom de ton blog ?

Octobre 2017, l’envie à cette période de me recentrer sur ce que j’aime, de m’évader dans ma tête puisque ce n’est pas un secret je suis limitée physiquement. J’ai eu pas mal de problèmes de santé, d’autres aussi alors besoin d’échanger sur mon essentiel : la lecture et les polars parce que ce sont mes lectures de prédilections même si je suis finalement assez variée dans le choix de celles-ci. J’ai eu des périodes différentes, le classique avec les études, le terroir, la SF, les romans, les feel good, les autobiographies mais peu de BD pourtant certaines sont au niveau graphisme excellentes. Le thriller, le noir a toujours été là malgré tout. On ne sait jamais peut être qu’un jour ces lectures m’aideront à éliminer un corps sans laisser de traces, parfois ce n’est pas l’envie qui m’en manque.

 

  • Qu’est-ce qui t’a motivé à créer ton blog Evasion Polar ?

L’envie de partager mes lectures, de discuter, de découvrir d’autres blogs, d’autres auteurs, une envie d’évasion, de m’occuper l’esprit, d’oublier ma colocataire indésirable.

 

  • Combien d’heures consacres-tu à ton blog chaque semaine ?

Aucune idée, parfois je trouve cela trop chronophage, j’ai envie de lire plus, de laisser en « friche » selon mes envies, mon humeur, finalement je passe plus de temps sur Instagram, ou j’ai trouvé une super communauté dont tu fais partie, les échanges sont plus instantanés, j’y ai fait de belles rencontres virtuelles, puis réelles lors de salons et surtout celui de Saint Maur en Poche, un salon géniale, une vraie gosse dans un magasin de jouets.

 

  • Quels sont tes auteurs préférés ?

Frank Thilliez bien sûr mais beaucoup d’auteurs français comme Minier, Tackian, Norek, Manzor, Sire Cédric, j’en oublie, des italiens aussi Carrisi, Dazieri, Di Fulvio, des anglais RJ Ellory, Don Winslow, j’ai un peu toutes les nationalités dans ma bibliothèque.

 

  • Quelles sont tes autres passions dans la vie ?

Mes filles, mon homme, la vie surtout, profiter de tout, de chaque instant d’un rayon de soleil, du chant d’un oiseau, la vie plus que tout, toujours un crédo oui toujours regarder la petite étincelle là-haut dans le ciel.

 

  • Quel sera ton mot de la fin ?

Memento mori (souviens toi que tu vas mourir).

 

Merci à Christine de s’être prêté au jeu et d’avoir répondu à mes questions. A très vite pour un nouvel entretien.

Voici l’adresse de son blog : https://evasionpolar.wordpress.com/

IMG_20190702_103741.jpg