Entretien avec Valentin Musso – Un autre jour

couv13171985

 

● Peux-tu te présenter en quelques mots pour les lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Je suis à l’origine agrégé de lettres classiques et je suis l’auteur de huit romans qui sont en général classés en policier ou thriller. Mes livres ont la particularité d’explorer des univers, des époques et des lieux très différents.

 

● Quel est ton premier souvenir avec le monde du livre ?

Ma mère était bibliothécaire, il y avait donc beaucoup de livres à la maison et j’allais souvent la rejoindre à son travail après l’école. J’ai grandi dans un environnement propice à la lecture, mais je ne suis vraiment devenu lecteur que vers l’âge de 13 ou 14 ans. Quelques livres m’ont profondément marqué à cette époque : Le Grand Meaulnes, Les Hauts de Hurlevent, les nouvelles d’Edgar Allan Poe…

 

● D’où t’es venue l’envie d’écrire des polars ?

J’ai sans doute subi l’influence des lectures de mon adolescence : les romans d’Agatha Christie ou de Conan Doyle. Le policier est un genre à la fois très codifié et très souple, qui permet de divertir tout en abordant des thèmes qui nous tiennent à cœur. Mes romans reposent sur une enquête policière mais surtout, pour les personnages, sur une quête de leurs propres origines. C’est cette dimension psychologique qui m’intéresse le plus. Mais quand je commence un livre, je ne me dis jamais : je vais écrire un thriller. Je me dis simplement : je vais écrire un roman, raconter une histoire. Je ne m’interdis d’ailleurs pas d’aborder d’autres genres à l’avenir. C’est l’histoire qu’on a en tête qui nous conduit vers un genre plutôt qu’un autre.

 

● Comment t’es venue l’idée de l’intrigue pour ton dernier roman « Un autre jour » ?

Je m’intéresse depuis longtemps à la mémoire et à la manière dont se forment nos souvenirs. J’ai lu un jour un article dans une revue scientifique qui montrait qu’on avait aujourd’hui non seulement la faculté d’effacer les souvenirs, mais aussi de les modifier. J’ai trouvé ce thème passionnant. Je suis donc parti d’éléments plutôt théoriques et abstraits, ce qui n’est pas dans mes habitudes. J’avais dans mes carnets l’ébauche d’une histoire, mais ce n’est que lorsque j’ai eu l’idée de la chute que je me suis vraiment lancé dans ce roman.

 

● Parle-nous un peu de tes personnages, comment Adam et Claire ont-ils pris forme ?

À cause de la révélation finale, cette histoire m’a obligé à travailler mes personnages d’une manière complètement nouvelle. On ne sait presque rien de leur passé, de la même manière qu’on ignore presque tout du lieu où se déroule le roman. Il n’y a quasiment pas d’ellipses dans Un autre jour, on vit l’histoire en temps réel. Du coup, on ne va pas lâcher Adam d’une semelle. Le lecteur connaît toutes ses pensées, il suit ses faits et gestes minute après minute. Durant toute l’écriture, je voulais que le lecteur s’identifie totalement à Adam et se sente aussi perdu que lui. Quant au personnage de Claire, il est très particulier car elle est au centre de l’intrigue mais on ne la voit presque pas. C’est un personnage en creux, une absente qui hante chaque page.

 

Dans ce roman tu abordes plusieurs thèmes dont la mémoire, la réalité et l’illusion. Je me suis posé un tas de questions après avoir fermé ton livre. Quel message souhaites-tu faire passer ?

Que le lecteur se pose des questions, c’est exactement ce que je recherche. J’ai toujours pensé que celui qui vous lit avait sa part de travail à accomplir. Comme les personnages, il est placé devant des dilemmes et se demande forcément comment il aurait agi à leur place. Mais je n’essaie pas de faire passer de message à proprement parler. Je me méfie un peu des romans qui n’utilisent l’histoire que comme prétexte pour imposer des idées ou faire la morale.

 

● Es-tu un grand lecteur et si oui qui t’a inspiré ?

J’ai toujours été très éclectique dans mes lectures. Je lis aussi bien des romans que des essais ou des livres historiques. Dans le domaine du policier, c’est Agatha Christie qui m’a le plus influencé, parce qu’elle a exploré un nombre impressionnant de possibilités et d’astuces narratives. Parmi les grands classiques, les auteurs qui m’ont marqué, plus qu’influencé, sont Flaubert, Proust, Giono, Camus et les romanciers russes. Chez les auteurs contemporains, j’admire en particulier les œuvres de Philip Roth, Ian McEwan et Donna Tartt. Le Maître des illusions est un chef-d’oeuvre du roman psychologique qui a eu une grande influence sur plusieurs de mes romans.

 

● Quel sera ton mot de fin à cet entretien?

Félicitations pour ton blog bien sûr !

 

Lien vers ma chronique Un autre jour

Je tiens à remercier Valentin Musso d’avoir pris le temps de répondre aux questions de la Caverne du Polar. J’espère vous avoir permis de découvrir un peu plus cet auteur.

 

28040_mussovalentin2015johnfoley

 

 

Lausan’noir 2020

capture-de28099c3a9cran-2020-03-01-c3a0-18_02_24

 

La quatrième édition du festival Lausan’noir se déroulera les 29, 30 et 31 mai 2020 au  Casino de Montbenon à Lausanne.

Soirée d’ouverture et remise du Prix du Polar Romand le jeudi 28 mai à 19h00.

Les Éditions Slatkine seront mis à l’honneur.

Nos amis Suisses ne font pas les choses à moitié, une cinquantaine d’auteurs suisses et internationaux vous attendent durant trois jours pour des rencontres et des dédicaces !

Du Québec, Patrick Senécal présente son nouveau livre en exclusivité européenne.

De Londres, les auteurs Roger Ellory, Johana Gustawson et Fiona Cummins !

La totalité de la programmation sera dévoilée le 1er avril, mais sont d’ores et déjà annoncés :

Barbara Abel, Yves Balet, Olivier Barde-Cabuçon, Solène Bakowski, Pierre Béguin, Fabio Benoit, Eric Cherrière, Hélène Clerc-Murgier, Fiona Cummins, Florian Eglin, R.J. Ellory, Nicolas Feuz, Yves Gaudin, Karel Gaultier, Olivia Gerig, Ghislain Gilberti, Johana Gustawsson, Joseph Incardona, Frédéric Jaccaud, Marie Javet, André Kuhn, Nicolas Lebel, Anne Martinetti, Catherine May, Christophe Meyer, Sonia Molinari, Vivianne Perret, Christine Pompéi, Matthieu Poux, Pétronille Rostagnat, François-Eric Sage, Daniel Sangsue, Patrick Senécal, Cédric Sire, Jean-François Thomas, Emily Tibbatts, & Ivan Zinberg.

En plus des rencontres avec les auteurs, des animations tous publics sont proposées tout au long du week-end :

Scène de crime de la Police de Lausanne, démonstration de l’Atelier Typo de la Cité, jeu d’enquête par l’Atelier Sémaphore, ateliers cuisine et salon Sherlock Holmes. Des films Simenon et Sherlock Holmes par la Cinémathèque Suisse.

Le festival recherche des volontaires pour aider autant à l’accueil des auteurs, des visiteurs, à la tenue des scènes, du bar du festival, de la librairie, aux dédicaces ainsi qu’au montage et démontage de la manifestation.

Lien vers le site officiel de Lausan’noir

Lien pour devenir bénévole

 

images

M, Le bord de l’abîme – Bernard Minier

Un grand merci aux XO Editions pour cette lecture.

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler de M, Le bord de l’abîme, le dernier roman de Bernard Minier qui délaisse le temps d’un one-shot son personnage récurrent le capitaine Martin Servaz. C’est toujours avec un grand plaisir que je découvre un nouveau roman de cet auteur que j’aime beaucoup. D’ailleurs l’année dernière lors du Festival Sans Nom à Mulhouse, j’ai eu la chance avec d’autres amis blogueurs/blogueuses d’échanger avec lui en off et j’ai découvert un homme très gentil et très jovial. Allez c’est parti suivez-moi en direction de Hong Kong, territoire indépendant situé au sud-est de la Chine. M-LE-BORD-DE-LABIME_PRO-654x1024

On fait connaissance avec Moïra Chevalier, une jeune française qui débarque à Hong Kong pour le travail. Elle va intégrer Ming Incorporated le géant chinois du numérique. Cette entreprise fondée par Ming Jianfeng, est considérée comme l’un des géants du secteur numérique au même titre que les GAFA. Moïra vient apporter son savoir-faire dans le domaine de la recherche des intelligences artificielles. Un domaine sur lequel toutes les entreprises du secteur misent énormément pour les années à venir. Dès le second jour Moïra a un entretien particulier avec le grand patron en personne. Cet entretien l’a met mal à l’aise… Très vite Moïra va faire la connaissance de DEUS, ce nouveau concept d’IA qu’elle va devoir aider à s’humaniser. Ming Inc. veut faire de DEUS le plus humain des assistants virtuels de la planète.  Mais au bout de quelques jours elle va se sentir épiée, comme prisonnière de ses mouvements. En parallèle la police et notamment l’inspecteur Mo-Po Chan travaille sur des dossiers impliquant la Ming Incorporated. Car il y a plusieurs décès « bizarre » concernent des employés de chez Ming et notamment des suicides… Que cache cette entreprise ? Pourquoi Moïra se sent elle espionnée et mal à l’aise ?

Dans ce roman Bernard Minier aborde le sujet du développement de l’intelligence artificielle. Un développement de plus en plus poussé à l’extrême. Après avoir entendu Bernard Minier parler de son livre lors d’une table ronde, j’ai cru comprendre qu’il se méfie énormément du pouvoir donné à ses nouvelles technologies que possèdent le GAFA et je pense qu’il a bien raison. Ce thriller apporte une vraie réflexion sur le monde technologique dans lequel nous vivons. Mais le point fort de ce livre est également le rythme et se retrouver dans les rues de Hong-Kong pour un thriller ça change vraiment. Le travail de recherche nécessaire pour écrire un tel livre est énorme. J’ai adoré l’atmosphère et l’ambiance que dégage le livre, on se sent vraiment happé par le gigantisme de Hong Kong, les descriptions sont parfaites.

M, le bord de l’abîme est un roman qui offre une réflexion très intéressante sur la place de la technologie dans notre vie au quotidien. J’ai beaucoup aimé la lecture de ce thriller porté sur les intelligences artificielles. Quel talent ce Bernard ! Bien entendu je vous conseille fortement la lecture de ce livre assez atypique. Mais surtout n’oubliez pas d’éteindre votre portable et votre tablette pendant la lecture on ne sait jamais…

Résumé de l’éditeur :

Pourquoi Moïra, une jeune Française, se retrouve-t-elle à Hong Kong chez Ming, le géant chinois du numérique ?
Pourquoi, dès le premier soir, est-elle abordée par la police ?
Pourquoi le Centre, siège ultramoderne de Ming , cache-t-il tant de secrets ?
Pourquoi Moïra se sent-elle en permanence suivie et espionnée ?
Pourquoi les morts violentes se multiplient parmi les employés du Centre – assassinats, accidents, suicides ?
Alors qu’elle démarre à peine sa mission, Moïra acquiert la conviction que la vérité qui l’attend au bout de la nuit sera plus effroyable que le plus terrifiant des cauchemars.

Bernard Minier – M, Le bord de l’abîme (Editions XO 2019)

Entretien avec Mylène du blog Les Recettes Littéraires de Mylène

Aujourd’hui ma série d’entretien se poursuit avec Mylène du blog Les Recettes Littéraires de Mylène.

noel2019

 

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Alors tout d’abord bonjour et merci pour cet entretien je m’appelle Mylène, je viens de fêter mes trente ans, je suis maman de deux garçons dont je m’occupe au quotidien, car ils sont porteur de handicap, ce qui fait que je dois jongler entre les différents professionnels dans ce domaine. Sinon j’ai une vie des plus simples…

 

  • Quel est ton premier souvenir avec le monde du livre ?

Si tu avais demandé cela à la petite fille de 8 ans que j’étais je t’aurais dit « je déteste ça » et vraiment cela représentais un calvaire pour moi. Pour que je tombe amoureuse de la lecture il faut attendre que je sois en 5ème, que je sois âgée de 12 ans et que rentre dans ma vie cette merveilleuse professeur de français Mme Tellier qui lors des vacances de Noël me donne à lire « Dix Petits Nègres » d’Agatha Christie. Et là c’est le coup de foudre ! Ensuite ma mère et ma grand-mère me conseillent de lire « Le Crime de L’orient Express » et c’est ainsi qu’en suivant leurs conseils je commence à engloutir en plus des lectures scolaires obligatoires d’autres romans.

 

  • Pourquoi avoir créé Les Recettes Littéraires de Mylène ?

En fait sur un coup de tête, j’étais sur un groupe de lecture Facebook où pour rire j’ai fait une photo pour Glacé de Bernard Minier dans le frigo avec un retour en forme de recette et les membres m’ont poussé à créer ma page. Et c’est ainsi que de fil en aiguille Les Recettes Littéraires de Mylène se sont retrouvés sur les réseaux sociaux.

 

  • Combien d’heures consacres-tu à ton blog et tes divers réseaux sociaux chaque semaine ?

À vrai dire je ne compte pas, et ça dépend aussi du nombre de livre que j’ai lu. Parfois je me dis que je devrais faire plus…

 

  • Tu as une particularité, tu n’es pas toute seule à gérer tout cela, parle nous un peu d’Alfred.

Ah Alfred, je crois qu’au final c’est lui la STAR ! C’est un cadeau d’anniversaire de mon mari pour mes 28 ans. En fait je voulais un crâne parce que j’avais lu « La Montagne Rouge » d’Olivier Truc où il est question de crâne et du coup il m’a fait la surprise. Pour son prénom il faut remercier mon ainé qui était en pleine période Batman et du coup nous l’avons prénommé Alfred en l’honneur du majordome de Bruce Wayne, parce que mon fils tenait absolument qu’il est un nom.

 

  • Quels sont tes auteurs favoris ?

Sans conteste je dirais Agatha Christie parce que c’est l’auteur qui m’a fait aimer la lecture. En chouchou Monsieur Chattam, qui je trouve se lit très facilement. Ensuite je lis de tout et j’aime beaucoup découvrir des auteurs que je n’ai jamais lu auparavant.

 

  • Quelles sont tes autres passions dans la vie ?

Ahaha je vais faire la bonne mère et la bonne épouse, je vais dire MA FAMILLE. En fait ma vie tourne beaucoup autour de ce rôle. Sinon comme tout le monde je regarde des films et des séries, j’écoute de la musique en voiture et je chante super mal.

 

  • Quel sera ton mot de la fin ?

Le mot de la fin sera pour toi, pour te remercier encore de m’avoir permis de faire cet entretien. Et également pour vous tous, merci d’avoir pris le temps de me lire.

 

Merci à Mylène de s’être prêté au jeu et d’avoir répondu à mes questions. A très vite pour un nouvel entretien.

Voici l’adresse de son blog : https://lesrecetteslitterairesdemylene.wordpress.com/

 

31955144_1601299033273175_607181656939298816_o

Grand Froid – Cyril Carrere

Un grand merci aux Editions La Mécanique Générale pour cette lecture.

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler du second roman de Cyril Carrere, Grand Froid. La première édition de ce livre date de 2018. Grand Froid a été finaliste du concours VSD-RTL du meilleur thriller français. Il a été réédité et corrigée en une version définitive aux éditions La Mécanique Générale. J’attendais beaucoup de ce thriller et je dois vous avouer que je n’ai pas été déçu. Allez c’est parti enfilez votre parka et venez avec moi affronter Grand Froid ! 86934486_1046496542385339_846722166404677632_n

On rentre directement dans le vif du sujet en faisant la connaissance de Gaëlle Morvan, une avocate réputée du Barreau de Nantes. Cette dernière est sur une affaire très médiatisée. Lorsqu’un soir elle se rend à son domicile, elle a un mauvais pressentiment en remarquant une Lexus noire aux vitres teintées qui ne lui est pas familière. Dès qu’un homme l’interpelle elle comprends que c’est trop tard pour elle. On fait ensuite connaissance avec son fils Lucas un jeune urgentiste qui est sous le choc, après avoir appris le décès tragique de sa mère. Les autorités policières ont conclu à une mort par suicide, mais pour lui cela n’a aucun sens, sa mère n’aurait pas commise cet acte sans lui avoir laissé un message. Il doute tellement qu’il va commencer à enquêter de son côté et demander à son meilleur ami Jean-Philippe, un médecin légiste, d’autopsier le corps de sa mère, pour savoir si oui ou non c’est un suicide. Lorsque Lucas se lance dans une course poursuite avec une inconnue qui allait fouiller dans l’appartement de sa mère et que quelques heures plus tard son ami Jipé se fait poignarder en pleine rue et que Marylise l’associée de sa mère est retrouvé morte, le cauchemar commence pour Lucas.

Ce thriller est un vrai road-trip au rythme soutenu. On est plongé avec Lucas dans une course effréné à la recherche de la vérité sur lui et sur sa mère. On se pose comme lui un tas de questions, l’intrigue est intéressante et j’ai bien aimé la multitude de personnages que ce soit Lucas, Jipé, Loïc, Caroline ou Alisa, l’auteur a réussi à tous les rendre intéressant, ils ne sont vraiment pas là par hasard. Je trouve que Grand Froid est un livre très travaillé, rien n’est laissé au hasard. Je trouve que le dénouement est une vrai réussite, je ne m’attendais pas à cela !

Grand Froid est un très bon thriller aux multiples rebondissements. Ma première rencontre avec l’univers littéraire de Cyril Carrere est une vraie réussite. Je ne peux que vous conseiller ce roman et j’ai hâte de lire son prochain qui sort en mai aux éditions Cosmopolis. Cyril Carrere est vraiment un auteur à découvrir, de par son talent mais également pour sa gentillesse, c’est tout simplement un mec bien.

Résumé de l’éditeur :

La vie de Lucas a basculé en une seconde : sa mère, une brillante avocate nantaise, a été retrouvée morte dans un parking souterrain.
Si la police conclut à un suicide, Lucas n’y a jamais cru. Convaincu de son assassinat, il se lance dans une enquête qui va le percuter avec une violence inouïe. Pour Lucas, l’heure est venue d’entrouvrir la porte du passé de sa mère… Au risque de voir l’insoupçonnable s’en échapper.
La vérité est proche. Si proche. Bien plus terrible et dangereuse que tout ce que Lucas imagine… Inspirée de faits réels, portée par une atmosphère glaçante et des rebondissements en série, cette révélation des lecteurs 2019 vous plonge, au fil des chapitres, dans un nouveau classique du genre.

Cyril Carrere– Grand Froid (Editions Nouvelle Bibliothèque 2018), (Editions La Mécanique Générale 2020)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleine