Entretien avec Thomas du blog Tomabooks

Aujourd’hui ma série d’entretien se poursuit avec Thomas du blog Tomabooks.

1.jpg

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Thomas, j’ai 27 ans (bientôt 28) et j’habite Chalon-sur-Saône depuis maintenant plus d’un an. Je partage ma vie avec ma compagne, qui est également blogueuse (The Inside Moon Blog), ainsi qu’avec notre chien fou, Mia. C’est une jeune Border Collie qui demande beaucoup de temps, au détriment de mes lectures. Sinon, je travaille depuis ma chambre, puisque je suis rédacteur Web et attaché presse depuis peu.

 

  • Quel est ton premier souvenir avec le monde du livre ?

J’ai ce souci de ne pas trop me rappeler de mes souvenirs d’enfance, mais je dirais que ça remonte tout de même à l’école primaire. Je me souviens que j’apprenais à lire avec les petits livres de Ratus et que j’en faisais la collection. J’avais aussi beaucoup d’attachement à la collection de La grande imagerie qui me permettait d’apprendre beaucoup de choses. J’ai eu envie de devenir volcanologue, paléontologue, mais aussi archéologue… Au final, rien de tout ça, j’étais un cancre à l’école.

 

  • Pourquoi avoir créé Tomabooks ?

Avant l’ouverture du blog, je ne lisais pas plus que ça. Du moins un roman par mois, pas plus. Je faisais beaucoup de sport et j’étais également musicien dans un groupe. Je n’avais donc pas beaucoup de temps à consacrer à la lecture et puis je n’avais pas plus envie que ça. Mais un beau jour, le groupe s’est arrêté et le sport aussi. Je me suis alors mis à la lecture pour ne pas dépérir. J’ai découvert le monde de Bookstagram et je suis devenu accro à tout ça.
D’un simple journal de bord pour me souvenir de mes lectures, le blog est devenu quelque chose d’important dans ma vie, si bien que je ne pourrais jamais le quitter.

 

  • Combien d’heures consacres-tu à ton blog chaque semaine ?

C’est assez variable, mais je dirais tout de même une demi-heure minimum par jour, histoire de répondre aux commentaires et d’aller lire les articles qui m’intéressent. Lorsque j’ai des articles à écrire, je dirais que je peux y passer une bonne partie de la journée à écrire, prendre des photos et tout mettre en page. Il m’arrivait même de faire des sessions écriture pour prendre de l’avance qui durait tout un dimanche.
C’est vraiment la réflexion qui prend le plus de temps, parce que je ne souhaite pas seulement donner mon avis, mais j’essaie d’interpeller le lecteur pour lui donner envie de lire le roman en question. J’espère que ça fonctionne en tout cas.

 

  • Vous êtes deux maintenant, peux-tu nous parler un peu de Chris, quand est-ce qu’il t’a rejoint et comment cela c’est fait ?

Ah ce bon vieux Chris ! C’est sans doute ma meilleure rencontre amicale sur Instagram. On s’est suivi dès nos débuts et on s’est tout de suite soutenu dans les galères de la vie. Chris avait aussi un blog avant de me rejoindre et je savais de quoi il était capable. Il ne prenait plus vraiment le temps de l’alimenter et m’avait déjà proposé de venir sur Tomabooks pour écrire quelques avis. C’est en Avril de cette année que je me suis décidé de l’accueillir et c’est la meilleure idée que j’ai eu. On est complémentaire sur nos lectures, ce qui permet d’offrir plus de contenu sur le blog. Chris se tourne plus vers le psychologique, le judiciaire, tandis que moi je pars vers les horizons toujours plus sombres et violents. Il n’y a aucune prise de tête quant au rythme que l’on prend. Chris écrit quand il le souhaite et quand il en a envie, parce qu’il faut savoir que cet homme est très occupé. C’est un auteur de thriller ! Il a d’ailleurs publié son premier roman « Qui gagne s’y perd » cette année.

 

  • Je sais que ton auteur préféré est Stephen King, d’ailleurs début septembre tu as lancé le challenge « L’Automne avec Stephen King » avec le #automneduking sur Instagram. Peux-tu nous en dire un peu plus à ce sujet ?

L’idée est venue comme ça, comme une envie de pisser. J’avais envie de me replonger dans la saga de La Tour Sombre durant l’été (chose qui n’est pas arrivée), mais l’idée d’un challenge a germé. J’en ai parlé à ma copine qui m’a tout de suite dit de foncer. J’ai donc mis tout en place pour l’Automne du King.

C’est un challenge très simple et sans prise de tête. Je n’avais pas envie de forcer les gens à lire un nombre précis de livre ou de découvrir une seule thématique. L’idée est de lire autant de King que l’on veut entre le 23 septembre et le 22 décembre sans se prendre la tête et de partager sa ou ses lectures sur les réseaux sociaux avec le #automneduking.

Je voulais que Stephen King soit mis encore plus en avant sur les réseaux et de montrer aux novices que le King ne fait pas que de l’horreur. Que cet auteur est un romancier de talent, qu’il touche à tout et qu’il nous propose une vision de l’Amérique qui n’est pas fantasmé. Il a ce don de dépeindre les petites gens, les classes moyennes qui luttent chaque jour pour survivre dans notre monde. Il a cette force de nous parler d’une ville ou d’un village comme d’un personnage à part entière et il a cette facilité à nous proposer des personnages de méchant de grande qualité. Je vous ai déjà dit que Stephen King était le plus grand auteur ?

 

  • Quel est ton livre préféré du King ?

C’est mon tout premier Stephen King que j’ai lu et ça remonte déjà à quelques années, mais c’est Simetierre. Ce livre m’a profondément remué et bouleversé, si bien qu’il a réveillé une peur que je ne soupçonnais pas en moi. Il ne se passe pas une seule journée sans que cette peur émerge dans un coin de ma tête. Je me souviendrai toute ma vie de cette fin et de la question qui reste en suspens dans notre esprit. Qu’aurais-je fait à sa place ?

 

  • Quelles sont tes autres passions dans la vie ?

Les promenades dans la nature avec notre chien qui me permet de me ressourcer et de souffler un bon coup. Le sport aussi que j’ai repris depuis un an, c’est un peu le seul moment où je me surpasse. Mais sinon, c’est le cinéma et plus particulièrement le cinéma horrifique que j’adore regarder pour le plaisir, mais aussi pour l’analyser. Parce que le cinéma de genre n’est pas un cinéma pour demeurer avide de sang !
Mon autre grosse passion, qui est aussi forte que celle des livres, c’est la musique. Plus particulièrement le Metal qui est une drogue dure. Je ne passe pas une seule journée sans écouter de la musique, sans suivre les actualités et sans attendre fébrilement l’arrivée du Hellfest.

 

  • Quel sera ton mot de la fin ?

Tout simplement merci. Merci d’avoir pensé à moi pour cet entretien, merci de mettre en avant les blogueurs, notre travail et nos avis. Merci pour tes chroniques qui donnent envie de faire péter notre livret A.

 

Merci à Thomas de s’être prêté au jeu et d’avoir répondu à mes questions. A très vite pour un nouvel entretien.

Voici l’adresse de son blog : https://tomabooks.wordpress.com/

 

maxime-chattam-tomabooks.jpg

Entretien avec Nicolas du blog Il en pense quoi Nico ?

 

Aujourd’hui la série d’entretien se poursuit avec Nicolas du blog Il en pense quoi Nico ?

66282473_2393027690956901_1612468509764222976_o.jpg

 

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Nicolas Duplessier. J’ai 41 ans et j’anime la page Facebook « Il en pense quoi Nico ? » et je suis également auteur.

 

  • Quel est ton premier souvenir avec le monde du livre ?

Le premier livre que j’ai vraiment lu était « Le seigneur des anneaux ». Pour débuter, on peut trouver plus simple, mais je venais de voir le premier volet de l’adaptation de Peter Jackson au cinéma et, ne pouvant attendre la suite au cinéma,  je me suis décidé à ouvrir un livre autrement que sous la contrainte d’un professeur de Français.  A partir de là, j’ai commencé à lire un peu tout ce que je trouvais, pour finalement m’intéresser à la Série Noire et à Rivages. Je possède et j’ai lu environ 600 à 700 romans de ces deux maisons. J’aime les romans réalistes avec un chouïa de critique sociale. J’aime les auteurs comme Harry Crews, Ellroy, Ken Brunen, Lawrence Block ou encore Robin Cook ou Goodis.

 

  • Pourquoi avoir créé Il en pense quoi Nico ?

A partir de 2005, je chroniquais mes lectures sur un blog (www.zoo-city.com, dédié au réalisateur Guillaume Nicloux où je parlais également de mes lectures) puis sur différents forums ou sites de l’époque « avant Facebook »  (le défunt site Pol’Art Noir de Patrick Galmel par exemple).
Je suis quelqu’un qui aime le partage, il était normal pour moi de parler de mes lectures.

 

  • Dis-moi qu’est-ce qui t’a poussé à te tourner vers les chroniques au format vidéo ?

J’ai toujours fait de la vidéo. En 1998, j’avais monté un site web (digital-prod.com) pour diffuser des vidéos amateurs (petits courts métrages réalisés avec les moyens du bords).
C’est donc naturellement que je me suis mis à chroniquer en vidéo, fin 2017.

 

  • Ce n’est pas donné à tout le monde de créer des chroniques si décalées et pertinentes, comment te viennent les idées ? Et combien de temps en moyenne cela te prends de tourner une chronique ?

Les idées me viennent pendant la lecture, mais souvent je laisse un temps entre la lecture et l’écriture de ma chronique. Je laisse les idées arriver. Contrairement à une chronique écrite, je n’ai pas le droit à l’improvisation, surtout que mes vidéos ne sont pas improvisées mais respectent un « script ». Si en court de montage, une nouvelle idée me vient, pas facile de reprendre la caméra pour l’ajouter ! Je suis quelqu’un qui n’aime pas l’improvisation en fin de compte. Tu n’as pas idées du nombre de prises qu’il me faut pour arriver à un résultat potable ! Au niveau boulot, je pars sur une base de 6 à 7 heures (de l’écriture à la publication finale). Ces 6 heures sont réparties sur une semaine. Souvent je finalise mon texte le samedi, filme et commence le montage le dimanche. Je bosse ensuite 1heure chaque soir jusqu’à la publication que j’essaye de faire le jeudi matin.

 

  • Ton premier roman noir « Été pourri à Melun-Plage » est sorti en 2016, toi qui a toujours rêvé de devenir réalisateur qu’est ce qui t’a motivé à te lancer dans l’écriture ?

C’est effectivement ma passion de jeunesse pour le cinéma qui m’a tourné vers l’écriture. J’ai eu un « déclic » en regardant le film La Clef, dernier volet de la trilogie policière de Guillaume Nicloux. Dans ce film, le personnage central, Guillaume Canet est un petit bourge installé et suffisant, soudain confronté au monde des truands. J’ai eu envie moi aussi de créer un anti-héros se retrouvant mêlé à une histoire qui le dépasse, un type pas vraiment armé pour lutter à armes égales avec un monde inhospitalier. Cela faisait écho aux romans que je lisais.

 

  • Ton nouveau roman « On n’enterre jamais le passé » sort le 22 novembre chez les Editions Lajouanie, peut-tu nous en dire un peu plus ?

C’est un roman très surprenant, loin de ce qu’on lit d’habitude…  C’est un polar, oui, mais décalé et déjanté. Comme moi.

 

  • Quelles sont tes autres passions dans la vie ?

La musique. Je ne suis pas musicien, mais  je n’imagine pas la vie sans musique. Je travaille, conduit et écrit en musique. J’écoute du Hard-rock et du Metal pas loin de 8 heures par jour.

On imagine que je suis passionné de cinéma, que je passe ma vie dans les salles obscures. Mais pas du tout ! Je regarde peu de film et encore moins de séries !  Il m’arrive de regarder la télé, mais mon programme se résume à Grey’s Anatomy, L’amour est dans les prés et Le meilleur pâtissier.

Au niveau cinéma, j’ai des gouts particuliers puisque je (re)regarde beaucoup de «  classiques » des années 90. J’entends par classiques les films de John Woo, Simon West, Jan De Bont, Paul Verhoeven, Peter Weir, David Fincher, Quentin Tarantino, Sheldon Lettich ou Ringo Lam. Les films de chez Carolco ou Cannon.. Du lourd quoi ! 😀

Ma dernière passion c’est le jardinage (si, si)…

 

  • Quel sera ton mot de la fin ?

Merci pour cette rencontre sympathique et j’espère te croiser un jour sur un salon !

 

Merci à Nicolas de s’être prêté au jeu et d’avoir répondu à mes questions. A très vite pour un nouvel entretien.

Voici l’adresse de son blog : http://il-en-pense-quoi-nico.com/

L’adresse de sa page d’auteur : http://www.nicolas-duplessier.fr/

 

pro.jpg

Entretien avec Pascal du blog Univers Polars

Aujourd’hui on continue cette série d’entretien avec un collègue Suisse, Pascal du blog Univers Polars.

Lyon noir-blanc blog.jpg

 

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ?

En quelques mots ? Non, je ne peux pas ! J’ai une manie qui est quelques fois une qualité mais souvent un défaut, soit de trop écrire. Je n’arrive jamais à faire court. Alors, pour faire moyennement court, ou long, – tout est relatif, finalement -, je me prénomme Pascal, 43 ans, marié, deux enfants jumeaux de 13 ans, un chien (qui nous ramène des truffes) et trois chats (qui ne nous ramènent rien). Je vis dans le canton de Fribourg, en Suisse. Je suis flic dans un centre d’intervention depuis 20 ans. En quelques mots – encore ! -, j’interviens pour divers événements, tels que cambriolages, violences domestiques, agressions, stup, levées de corps (morts naturelles, suicides, accidents, meurtres – très peu ici), etc, soit toutes les belles choses de la vie … La première intervention a toujours été « mon truc ». Je suis bientôt le plus vieux sur le terrain ! C’est un job qu’il faut aimer et, surtout, il faut savoir pourquoi tu le fais. Un job souvent ingrat : un jour, tu es un « héros », le lendemain une « vulgaire merde ».

 

  • Quel est ton premier souvenir avec le monde du livre ?

Vraiment le premier souvenir ? Tu es sûr ? Car je m’en souviens réellement. J’avais, on va dire, quelques années… J’ai reçu « Le livre de la jungle » que j’ai déchiré en entier après quelques minutes en déclarant haut et fort : « A quoi va-t-il me servir, je ne sais pas lire et je ne le saurai jamais ! ». Drôle de réaction, je l’admets …
Sinon, concernant le polar, mes premiers souvenirs sont les « San Antonio » de Frédéric Dard et les « Agatha Christie » … … d’Agatha Christie !

 

  • Quelle est la date de création et l’origine du nom de ton blog ?

Le 26 avril 2011. Le nom complet de mon blog est « Mon univers du polar, du roman noir et du thriller » car, d’une part, ce sont les trois genres qui me passionnent et, d’autre part, ceci représente pour moi tout un univers. Je suis quelqu’un qui est doté d’une âme assez solitaire, j’aime m’enfermer dans ma bulle, et justement dans cet univers. Je ne sais pas si le polar est une extension de mon boulot, une sorte d’exutoire. Lire la douleur des gens, des flics dans les polars, dans la fiction, me permet peut-être, inconsciemment, d’oublier la mienne. C’est assez paradoxal. C’est très flou comme sentiment, c’est dur à expliquer. Je pense que cela me fait du bien ou me rassure de lire des situations que je connais, mais qui ne me concernent pas.
Tu as vu comme j’ai totalement dévié de la question de base ??

 

  • Qu’est ce qui t’a motivé à créer ton blog Universpolars.com ?

Ma motivation ? Je ne vais pas pouvoir faire très court, désolé. Alors … Mon père est également un grand fan de polars / thrillers et m’a souvent demandé ce que j’avais d’intéressant à lire. Un jour, j’ai décidé de mettre tous les livres que je possédais sur un blog – aucune idée ce qu’était un blog à l’époque ! -, avec juste les 4ème de couverture. De cette manière, cela lui donnait l’occasion d’aller en ligne pour consulter ma bibliothèque. Lorsque je l’ai revu, je lui ai demandé ce qu’il en avait pensé et il m’a répondu que c’était absolument nul, en précisant que c’était justement mon avis perso sur les bouquins qui l’intéressait. Depuis ce jour-là, je chronique chaque bouquin qui me passe entre les mains, aimé ou non. Donc, pour répondre à ta question, l’origine est purement familiale. Depuis, beaucoup de choses ont changé. Je suis très bluffé par l’évolution de mon blog.

 

  • Combien d’heures consacres-tu à ton blog chaque semaine ?

Cette fois-ci je vais faire plutôt court car je n’en ai absolument aucune idée. Je consacre très peu de temps pour l’aspect visuel, car cela ne m’intéresse pas. Je ne me focalise que sur le contenu. Les « puristes » me disent que j’ai tort, que c’est une carte de visite mais, pour moi, cela serait de l’escroquerie de faire un beau paquet, bien ficelé, avec que du vide à l’intérieur. Sinon, j’écris mes chroniques en même temps que je lis le bouquin. Je prends des notes, page après page. De cette manière, je crois que je ne passe pas à côté de grand-chose. Du coup, je n’arrive pas à répondre à ta question et j’ai même réussi à faire long pour ne rien dire !

 

  • Quels sont tes auteurs préférés ? 

Je te sors juste une petite sélection qui me vient en tête. Je m’intéresse à Franck Thilliez depuis ses débuts. Il me bluffe souvent et c’est ce que je recherche dans un bouquin : me faire manipuler. Je suis de nature très méfiante et lorsqu’un auteur a réussi à le faire, je suis conquis ! Pour ce même côté « bluffant », j’adore Denis Lehane. J’ai un pote suisse qui a aussi cet art de te retourner la tête avec ses trames impressionnantes, c’est Nicolas Feuz. Il est procureur à Neuchâtel et ses polars sont bien étayés, assez réalistes. Je dis assez car il va parfois très loin ! J’aime Bernard Minier pour son atmosphère, Olivier Norek pour son réalisme, Jussi Adler-Olsen pour son univers, Jacques-Olivier Bosco pour ses polars nourris de vengeance, Karine Giebel pour ses personnages intrigants, Johana Gustawsson pour ses trames déchirantes, Ian Manook pour sa trilogie en Mongolie, Patrick Senécal pour sa violence. J’en oublie, c’est certain …
Il y a des auteurs qui sont parfois moins connus et qui mériteraient beaucoup plus ! Je pense là au Lyonnais André Blanc, qui te sort des polars absolument grandioses ! Mais le monde du livre, de l’édition est parfois un univers impitoyable. Vaste sujet …

 

  • Quelles sont tes autres passions dans la vie ?

Ma famille, qui est un vrai pilier. J’aime pratiquer la course à pieds, pour rester en forme. Je suis passionné de vin et de bière (avec modération, quoique …). J’aime beaucoup aller au resto avec ma femme. Elle apprécie tout particulièrement ce moment, car elle sait pertinemment que ne vais pas sortir un polar … Selon elle, j’abuse un peu …

 

  • Quel sera ton mot de la fin ?

Lire ! Et merci à toi !

 

Merci à Pascal de s’être prêté au jeu et d’avoir répondu à mes questions. J’espère que cet échange vous a plu. A très vite pour un nouvel entretien.

Voici l’adresse de son blog : http://www.universpolars.com/

Profil polar2Profil polar1

Entretien avec Yvan du blog EmOtionS

 

Je continue cette nouvelle série d’entretien avec Yvan du blog EmOtionS.

Emotions_blog_OK.jpg

 

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Yvan, 50 piges, de Strasbourg. La suite à lire dans les autres réponses.

 

  • Quelle est la date de création et l’origine du nom de ton blog ?

03 janvier 2013, 6 ans déjà, avec une première chronique concernant Dôme de Stephen King (il fallait bien que je débute par le Maître). Mais j’avais commencé à publier mes chroniques sur le site communautaire Babelio dès mai 2011.
Pour pouvoir te répondre, je suis allé relire mes deux premières chroniques. Elles sont assez ridicules, c’est drôle.
Je commence donc à faire partie des dinosaures des blogs littéraires. Surtout quand on voit que beaucoup peinent à dépasser les 3 ans d’existence.

 

  • Qu’est-ce qui t’a motivé à créer ton blog EmOtionS ?

Une lubie de début d’année pour m’occuper l’esprit, sans penser une seule seconde que quelqu’un viendrait lire ce que j’écris. A l’époque, j’étais très loin du milieu des blogs, sans aucune connaissance de ce domaine et des interactions qu’ils peuvent créer. Je l’ai fait dans un premier temps uniquement pour moi, par besoin de me changer les idées, sans aucune idée de ce que ça pourrait donner ensuite.
A l’évidence j’étais arrivé à une période de ma vie où j’avais besoin de développer cette fibre d’échange sur ce qui peut me toucher dans la culture. Depuis mon adolescence, j’ai toujours été attiré par la nouveauté, toujours à l’affût des sorties et à la recherche constante de découvertes et d’émotions.
Mais, si on m’avait raconté la suite de l’aventure, j’aurais hurlé de rire, tellement c’était inimaginable.

 

  • Combien d’heures consacres-tu à ton blog chaque semaine ?

C’est variable, selon l’actualité littéraire du moment et les sorties. C’est difficile à quantifier, je ne compte pas mais j’y passe du temps ça c’est clair, entre chroniques, interviews, échanges avec les auteurs et les éditeurs…
Ce n’est pas tant le temps qui compte, mais l’énergie déployée. Je mets environ 1 heure à écrire une chronique, ce n’est pas très long, sauf qu’ensuite je suis vidé. Impossible pour moi d’écrire deux chroniques à la suite, je n’ai plus de jus après la première.

 

  • As-tu déjà eu l’envie d’écrire toi-même un roman ?

Quand j’avais 20 ans, oui. Ça n’a duré que quelques mois.
Depuis ça ne me tente plus, je prends bien trop de plaisir à plonger dans l’imaginaire des autres, c’est ce qui m’importe. Ce qui m’intéresse, c’est les autres.
Aujourd’hui, tout le monde et n’importe qui peut sortir un livre. Je continue à penser que ceux qui en ont vraiment le talent restent une minorité.

 

  • Quelles sont tes autres passions dans la vie ?

La musique. Le metal (en version mélodique). C’est ma première passion, depuis l’âge de 13 ans (ça fait donc 37 ans…). Je lis depuis que je suis ado (même si j’ai eu un gros passage où je lisais beaucoup moins), mais la musique a toujours été ma première passion.
Des événements dans ma vie personnelle ont fait que je me suis plongé à fond dans la lecture avant de me lancer dans le blog. Mais je suis toujours accro à la musique. D’ailleurs, pendant un moment le blog me servait aussi à parler musique. Mais j’ai vu que ça devenait impossible de tout concilier, surtout avec mes autres activités littéraires. Deux passions fortes, dévorantes et chronophages.

 

  • Comment est-tu devenu modérateur sur les plateaux d’interviews et de tables rondes des salons comme Saint-Maur en poche, Le Festival Sans Nom, Lausan’noir ou Seille de crime ?

Le hasard ou le destin, selon à quoi tu crois. La passion et le travail aussi.
Tout ce qui m’est arrivé par le blog et grâce au blog, je ne l’ai pas expressément cherché. Tout est venu à moi sans que je ne fasse aucun forcing ou aucune demande de mon côté. Il faut croire que la qualité du « boulot » que je propose par mon blog, ma régularité et mon bon contact ont aidé à me faire remarquer dans le flot des blogueurs.
Bref, tout ceci est une surprise, pour moi en premier, intervieweurs sur les salons, membre de l’organisation du Festival Sans Nom de Mulhouse (et d’autres aventures à venir)… Je le fais juste avec passion, et j’y consacre énormément d’énergie et de temps.

 

  • Depuis 2017 tu es membre de l’organisation du Festival Sans Nom à Mulhouse, quel est ton rôle ?

Tout d’abord, quelques mots pour présenter le Festival Sans Nom de Mulhouse, en Alsace ! En 2018, c’était la 6ème édition et c’est un événement qui ne cesse de prendre de l’ampleur tout en gardant l’aspect convivial qui fait partie de son ADN. D’où la volonté de limiter le plateau à 30 auteurs, afin de bien les recevoir et de permettre aux visiteurs de lier un vrai contact avec eux. La qualité avant la quantité.
Un week-end chargé et plein d’échanges ! Notez les dates pour 2019 : les 19 et 20 octobre !
J’ai commencé par des interviews sur les plateaux du Festival Sans Nom 2015, en tant qu’intervenant extérieur à l’organisation, suite à leur gentille proposition. J’ai intégré le comité d’organisation au courant de l’édition 2017.
Depuis, j’y suis en charge des relations avec les éditeurs, du « recrutement » des auteurs, de la communication sur les réseaux sociaux, du prix littéraire. Je profite de mes contacts privilégiés établis à travers mon blog.

 

  • Tu es également organisateur et président du jury du prix littéraire du Festival Sans Nom depuis 2017, peux-tu nous en dire un peu plus ?

Quand je suis arrivé dans le comité pour étoffer l’équipe qui était en place depuis la première édition (je suis venu en même temps que Caroline, du blog Carobookine), j’ai demandé pourquoi le Festival Sans Nom n’avait pas de prix littéraire. Mes collègues m’ont expliqué ne pas avoir le temps de gérer cette partie en plus de tout ce qu’il y a à faire. « Tu veux t’en occuper ? Eh bien, vas-y » m’ont-ils dit. Et voilà comment je me suis retrouvé avec les clés du camion du prix littéraire du Festival Sans Nom.
Je gère donc toute cette partie, du choix des livres en compétition et des jurés (avec l’avis de tous les collègues bien évidemment), jusqu’à l’organisation des échanges, des votes, de la communication…

 

  • As-tu d’autres projets pour dans le futur ?

Figure-toi que oui ! Un autre projet très différent, toujours en lien avec la littérature.
Je ne peux pas encore entrer dans le détail, je le ferai bientôt, mais je peux t’en donner les grandes lignes.
Ton blog est d’ailleurs le tout premier endroit où j’en parle officiellement.
En mai ou en juin 2019 (la date reste à caler définitivement) sortira chez un grand éditeur, un recueil de nouvelles sur une thématique qui me tient particulièrement à cœur. Pas du tout un énième recueil fait pour une cause. Ou plutôt si : défendre la cause de la nouvelle, un art à part entière, trop souvent négligé en France ! Il s’agira d’un bel objet, en grand format.
Une nouvelle expérience très forte pour moi puisque j’en suis le Directeur d’Ouvrage (titre ronflant, mais c’est le nom officiel).
En pratique, c’est moi qui ai proposé le projet, son thème et les auteurs impliqués. Je suis en charge de la relecture des textes et du travail éditorial en collaboration étroite avec les équipes de cet éditeur bien connu.
13 auteurs de renom, une sacrée brochette de talents. Et des textes absolument formidables, parce qu’ils ont tous joué le jeu à fond et fait preuve d’une incroyable créativité.
Sincèrement, ça vaudra la peine d’être curieux, j’ai eu des frissons à la lectures de ces histoires.

 

  • Quel sera ton mot de la fin ?

Lisez ! Ça permet de prendre du recul sur le monde et sur les gens, et donc mieux les comprendre.

 

Merci à Yvan de s’être prêté au jeu et d’avoir répondu à mes questions. J’espère que cet échange vous a plu. A très vite.

Voici l’adresse de son blog. https://gruznamur.com/

 

Yvan Fauth - Blog EmOtionS - Photo lors du Festival Sans Nom 2017.jpg

Entretien avec Anthony du blog Les livres de k79

Je me suis dit, vu que je donne la parole à des auteurs, pourquoi ne pas le faire avec des blogueurs/blogueuses. Du coup je continue cette nouvelle série avec Anthony du blog Les livres de k79.

bandeauk79.jpg

 

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Anthony et je viens d’avoir 39 ans ( je ne les fais pas ! ). J’habite dans le sud de Clermont-Ferrand. Dans la vie, je suis commercial dans l’emballage industriel. Je sais, ça ne fait pas rêver. Heureusement il y a la lecture pour ça !

  • Quel est ton premier souvenir avec le monde du livre ?

Lorsque j’étais adolescent, je n’aimais pas lire. Les lectures proposées à l’école ne m’emballaient pas vraiment. Jusqu’au jour où je suis tombé sur mon premier Stephen King. Et là, j’ai compris que la lecture pouvait être un véritable plaisir.

  • Quelle est la date de création et l’origine du nom de ton blog ?

Mon blog existe depuis 2011 mais il était sous une autre forme. Sur cette plateforme, il existe depuis 2015 ! « K79 » est un diminutif de Killing79. L’origine de ce surnom est ancien et flou. Il vient d’une chanson d’un groupe de rock (Rage Against The Machine) que j’adore et que j’avais vu en concert. En rentrant de l’énorme spectacle, j’avais pris cet identifiant et je l’ai gardé depuis…

  • Qu’est ce qui t’a motivé a créer ton blog Les livres de k79 ?

Dans un premier temps, j’ai créé ce blog pour garder une trace de l’ensemble de mes lectures. Comme je suis assez collectionneur, je voulais avoir un suivi de tout ce que j’avais lu. Mais ensuite, je me suis pris au jeu quand j’ai découvert que le blog pouvait aussi être un moyen d’échanger avec les autres sur cette passion commune. Et depuis, je suis accroc !

  • Combien d’heures consacres-tu à ton blog chaque semaine ?

Environ 3-4 heures par semaine. Mais ce temps est variable en fonction de mes obligations personnelles et professionnelles.

  • Quels sont tes goûts en matière de littérature ? Plutôt littérature blanche ou noir ?

Je suis assez ouvert dans mes lectures. Même s’il est vrai que je suis plus attiré par les romans noirs et les polars, j’aime entrecouper de littérature blanche. D’ailleurs, j’essaye au maximum de varier ma liste de lecture pour ne pas me lasser. Par contre, je suis peu sensible à la Fantasy, la SF ou les romances…

  • Quels sont tes auteurs préférés ?

Je n’ai pas réellement d’auteurs préférés. Il y a un certain nombre d’auteurs/trices que je suis et qui ne me déçoivent jamais. Mais la liste serait trop longue. Allez, juste pour donner un avant-goût pas du tout exhaustif: Stephen King, Michael Connelly, Dennis Lehane, Jo Nesbo, Sorj Chalandon, Jérôme Ferrari, Paul Auster, Caryl Ferey, Donato Carrisi, Ken Follett, Donald Ray Pollock, Ron Rash et les auteurs de thrillers français…

  • Quelles sont tes autres passions ?

En dehors de cette passion, je suis un mec basique, presque caricatural. J’aime le foot (supporter de l’Olympique Lyonnais) et le sport en général. Pour garder un semblant de forme, je pratique la course à pied et je m’entretiens. Autrement, j’aime le cinéma et les séries…rien d’original !

  • Quel sera ton mot de la fin ?

Je m’épanouis complètement dans le monde la lecture. Grâce à la blogosphère, cette passion a pris une autre dimension. Je peux aujourd’hui échanger avec des passionnés comme toi et c’est un bonheur quotidien.

 

Merci à Anthony de s’être prêté au jeu et d’avoir répondu à mes questions. J’espère que cet échange vous a plu.

Voici l’adresse de son blog. https://leslivresdek79.wordpress.com/

 

20170928_100812_1509388746424_resized