Vertige – Franck Thilliez

Chronique :

Aujourd’hui, je vais vous parler du roman Vertige de Franck Thilliez. Je dois avouer que j’ai mis un certain temps pour écrire cette chronique, car Thilliez est un de mes auteurs français préférés, mais là avec Vertige j’ai eu beaucoup de mal. J’ai donc laissé passer un peu de temps pour vraiment écrire ce que j’ai ressenti. vertige-franck-thilliez_resizedcover

Jonathan Touvier alpiniste reconnu, est physiquement et mentalement prêt à affronter toutes les situations, sauf celle dans laquelle il se retrouve actuellement. Alors qu’il se réveille brumeux sans trop savoir comment il est arrivé là, il constate qu’il est enfermé dans une grotte glaciale, attachée avec une chaîne au poignet. Il est coincé dans cet étrange endroit avec son chien et deux autres personnes, Farid qui a une chaîne à la cheville et Michel qui possède un masque de fer bourré d’explosifs. Impossible de sortir ou d’appeler à l’aide. Ces trois hommes sont enfermés vivants avec pour seul objet une tente rouge, un réchaud et une lampe. À la recherche d’indices sur l’identité de leur bourreau, ils vont peu à peu se dévoiler et découvrir qu’ils ne sont pas là par hasard…Tour à tour on découvre la générosité, l’empathie, l’égoïsme, le goût du meurtre. On découvre la beauté et l’horreur de l’âme humaine avec ces hommes livrés à eux-mêmes et sans témoins. Il reste pourtant une grande inconnue. A qui profite ce spectacle ?

Ce roman est bien construit comme toujours avec Franck Thilliez. Les moindres détails ont leur importance et tous les éléments s’imbriquent les uns dans les autres au moment du dénouement final. Mais malheureusement je ne suis pas trop fan de ce genre de huis clos au rythme assez lent. Cela me lasse très vite et du coup j’ai trouvé ce roman un peu long. En plus de ça le thème de l’alpinisme ne m’a pas transcendée. Quant aux personnages, je ne me suis jamais attaché ou identifié à eux.

Vertige est un bon thriller mais pour la première fois avec un Thilliez, je n’ai pas vraiment accroché. Et honnêtement est-ce que tout le monde a vraiment trouvé la solution finale… ? J’en doute fort.

Résumé de l’éditeur :

Certains secrets sont inavouables, mais serions-nous prêts à mourir pour les cacher ?
Un homme se réveille au fond d’un gouffre, au coeur d’un environnement hostile, deux inconnus et son fidèle chien comme seuls compagnons d’infortune. Il est enchaîné au poignet, l’un des deux hommes à la cheville et le troisième est libre, mais sa tête est recouverte d’un masque effroyable, qui explosera s’il s’éloigne des deux autres. Qui les a emmenés là ? Pourquoi ? Bientôt, une autre question s’imposera, impérieuse : jusqu’ou faut-il aller pour survivre ?

Franck Thilliez – Vertige (Editions Fleuve Noir 2011), (Pocket 2012, 2016), (Editions France Loisirs 2012)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleineetoile-vide

Bilan Polars 2018

Retour sur l’année 2018

Cette année le blog a connu une longue pause de plus de 7 mois pour raisons personnelles. Malgré tout 21 nouvelles chroniques et 5 entretiens avec différents auteurs et blogueurs ont vu le jour sur La Caverne du Polar. Comme chaque année, un mélange entre des livres récents et des romans plus anciens. Le souci qui guette chaque année c’est d’être submergé par l’actualité et par la quantité de nouveautés. Il faut donc sans cesse faire des choix, souligner les belles découvertes et évaluer les nouveaux romans de nos auteurs préférés. 2018 a également été l’occasion pour moi de rencontrer pas mal d’auteurs et de blogueurs, que j’apprécie beaucoup.

Cette année j’ai également décidé de changer de nom de domaine et enlevé le « .wordpress », pour avoir une adresse plus simple et pour enlever les publicités.

 

Mes coups de cœur en 2018

Cette année j’ai eu la chance d’avoir sept coups de cœur. Ce sont des livres qui m’ont marqués et bouleversé, mais qui surtout m’ont procuré beaucoup de plaisir.

 

 

RAY CELESTIN ● Carnaval

IAN MANOOK ● Yeruldelgger

MAXIME CHATTAM ● L’âme du mal

CLAIRE FAVAN ● Le tueur intime

R.J. ELLORY ● Seul le silence

FRANCK THILLIEZ ● Le syndrome E

JUSSI ADLER-OLSEN ● Miséricorde

 

Remerciements

Un énorme merci à tous les visiteurs, aux blogueurs et blogueuses avec lesquels je suis en contact régulier et avec qui j’ai des échanges très enrichissants et merci aux maisons d’éditions qui me font confiance en m’envoyant régulièrement leurs dernières nouveautés. Je vous souhaite à tous une bonne et heureuse année 2019 et peut-être qu’on aura l’occasion de se voir « en vrai » lors d’un salon ou d’un festival.

Festival Sans Nom 2018

fsn-2018-bandeau-principal

Pour la troisième année consécutive, j’ai eu la chance de participer au Festival Sans Nom de Mulhouse. Ce festival de polar est vraiment devenu une manifestation incontournable en France ! Quelle chance d’avoir un Festival de cette envergure dans mon département. Cette sixième édition était vraiment très impressionnante.

J’y ai fait de belles rencontres et j’ai aussi échangé avec des passionnés, des blogueurs et blogueuses venus de toute la France, de la Belgique, de la Suisse et cette année même des USA… Très content d’avoir revu Yvan, Geneviève, Valérie, Nathalie, et d’avoir rencontré MarcGwendoline et Aude qui est venu tout droit de Santa Barbara an Californie…

Très content d’avoir pu rencontrer et discuter avec des auteurs aussi sympathique et talentueux que Claire Favan , Barbaral Abel, R.J. Ellory, Nicolas Beuglet, Gaëlle Perrin GuilletIngrid Desjours, Ian Manook, René Manzor, Niko Tackian, Michaël MentionFranck Thilliez et Patrick Bauwen (et sa mémorable photo avec son nom inscrit au sang, éclairé au luminol euh non au bluestar… du sang de quoi… ça on en sait rien ! )

Les tables rondes étaient vraiment d’une très grande qualité cette année. Yvan et Hervé sont vraiment très à l’aise dans ce domaine et les questions sont toujours très pertinente. Mention spéciale à la table ronde avec la Ligue de l’Imaginaire et la table ronde composée de Ian Manook, Claire Favan et Patrick Bauwen. Deux moments vraiment mémorables.

 

 

Vivement l’année prochaine et un grand merci à tous les bénévoles qui font vivre ce Festival !

Le syndrome E – Franck Thilliez

Chronique :

Après avoir lu « La chambre des morts » et « La mémoire fantôme » avec Lucie Hennebelle, puis « Train d’enfer pour Ange rouge » et « Deuils de miel » avec Franck Sharko quel plaisir de retrouver ces deux personnages réunis dans « le Syndrome E » pour enquêter ensemble. Il est possible de lire ce livre indépendamment mais si vous souhaitez vraiment en apprendre plus sur ces deux personnages, je vous conseille de commencer par les livres cités précédemment. Le-syndrome-E

Alors que Lucie Hennebelle est en congé, elle est contactée par son ex, Ludovic Sénéchal. Il a composé son numéro au hasard, devenu subitement aveugle après avoir visionné un ancien court-métrage datant des années cinquante, qu’il a trouvé chez un collectionneur. En parallèle, Franck Sharko est appelé pour enquêter suite à la découverte de plusieurs cadavres dépouillés de leurs yeux et de leurs boîtes crânienne ouverte. On rentre très facilement dans l’intrigue en se demandant ce que peut bien cacher ce mystérieux film et surtout qui est derrière tout ça. D’autant plus que les meurtres en Normandie semblent y être liés. L’histoire de la vidéo et les corps mutilés nous plongent dans un monde de noirceur et de perversion. Outre l’enquête policière, l’histoire rend également hommage au septième art. Le cinéma et le monde des images est un des sujets centraux avec la recherche scientifique, la psychiatrie et l’histoire du Québec.

J’ai vraiment aimé assister à la rencontre entre Sharko et Hennebelle, deux écorchés de la vie, qui se donnent à fond dans leur métier, délaissant ainsi leurs vies personnelle. Ils sont tous les deux habités d’une noirceur que seule une plongée dans les profondeurs de l’âme humaine peut expliquer. Ensemble, ils font un duo très complémentaire et j’ai hâte de les retrouver dans les prochains opus, surtout après la fin que nous a réservé l’auteur.

Franck Thilliez nous fait voyager à travers la France, l’Egypte, la Belgique et le Canada avec une enquête très bien ficelée. Comme à chaque fois avec cet auteur, on sent une documentation monstrueuse derrière cette histoire. Ce roman est un vrai coup de cœur, aucune fausse note pour ma part. Thilliez a un talent fou pour narrer la noirceur et la perversité qui peut toucher notre société. Dans « Le syndrome E« , il nous plonge une nouvelle fois dans les méandres de la folie humaine avec brio !

Résumé de l’éditeur :

Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle… Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Hennebelle, lieutenant de police à Lille. Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés… Il n’en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko, en congé forcé. Deux pistes pour une seule et même affaire qui va réunir Hennebelle et Sharko. Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada, les deux nouveaux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu, d’une réalité effrayante. Ceux qui ne connaissent pas le syndrome E, ne savent pas de quoi ils sont capables…

Franck Thilliez – Le syndrome E (Editions Fleuve Noir 2010), (Pocket 2011, 2012, 2017), (Editions France Loisirs 2011)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleine

Deuils de miel – Franck Thilliez

Chronique :

Après Train d’enfer pour ange rougeDeuils de miel est la seconde enquête de Franck Sharko. Je dois de suite vous dire que Franck Thilliez est un de mes auteurs préférés et de ce fait le commissaire Franck Sharko un de mes personnages récurrents favoris. Comme je le rappel souvent, il est possible de lire chaque livre indépendamment les uns des autres, mais si vous souhaitez en apprendre plus sur le personnage et suivre son évolution, mieux vaut les lire dans l’ordre. Deuils-de-miel

Franck Sharko est un homme meurtri, qui a perdu sa femme et sa fille. Il tente chaque jour de reprendre le dessus et s’accroche à son métier pour ne pas perdre pied. C’est alors qu’une enquête, qui sort de l’ordinaire, va l’obliger à révéler son âme dans toute son intelligence et sa folie. Le cadavre d’une femme est retrouvé dans une église. En position de prière, entièrement nue et rasée, elle ne présente pas de blessure apparente et tout semble être une mise en scène particulièrement macabre. Sept papillons sont posés sur son crâne lisse. L’intrigue nous mène sur la piste d’un meurtrier particulièrement froid et calculateur, qui a imaginé des meurtres pervers. Mieux vaut s’abstenir si vous avez la phobie des insectes en tout genre. Sharko va se jeter corps et âme dans cette enquête qui réveillera des douleurs encore vives du passé.

Quel bonheur de retrouver le commissaire Sharko, homme plutôt solitaire qui n’a pas froid aux yeux. Personnage très attachant qui tente de noyer ses démons par cette immersion dans l’esprit retors de l’assassin. Harcelé par une petite fille dont il ne sait rien, il tente de maintenir la tête hors de l’eau, tout en faisant fonctionner au mieux ses neurones dans le cadre de cette course contre la montre.

L’intrigue est menée d’une main de maître jusqu’au bout, les rebondissements arrivent toujours au bon moment et comme toujours, le travail de recherche est très complet et très intéressant. Rien n’est laissé au hasard. J’ai également apprécié le choix de l’auteur pour la narration à la première personne.

Je suis toujours autant séduit par Franck Thilliez. Deuils de miel est pour moi un excellent thriller d’une réalité saisissante, dans un univers sombre et angoissant à souhait avec des meurtres d’une inventivité terrifiante. Un jeu de piste macabre guidé par un message terrifiant…

Résumé de l’éditeur :

Après le décès accidentel de sa femme et de sa fille, le commissaire Sharko est un homme brisé. Insomnies, remords, chagrin… Difficile dans ces conditions de reprendre du service. Mais une macabre découverte va brutalement le ramener à la réalité : une femme est retrouvée morte, agenouillée, nue, entièrement rasée dans une église. Sans blessures apparentes, ses organes ont comme implosé. Amateur d’énigmes, le tueur est aussi un orfèvre de la souffrance. Et certainement pas prêt à s’arrêter là. Pour Sharko, déjà détruit par sa vie personnelle, cette enquête ne ressemblera à aucune autre, car elle va l’entraîner au plus profond de l’âme humaine : celle du tueur… et la sienne.

Franck Thilliez – Deuils de miel (Editions La vie du rail 2006, 2008), (Pocket 2008, 2010, 2016), (Editions France Loisirs 2017)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide