Les sept jours du Talion – Patrick Senécal

Merci aux Editions Fleuve pour cette lecture.

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler pour la première fois d’un roman de Patrick Senécal. Les sept jours du Talion paru initialement en 2002 est le cinquième roman de l’auteur québécois. Il vient d’être édité pour la première fois en France, par les Editions Fleuve en novembre 2018. C’est parti en direction du Québec à Drummondville au Canada. 9782265117211ORI.jpg

Bruno Hamel est un chirurgien respecté, sa conjointe Sylvie travaille à temps partiel dans un refuge pour femmes battues et leur petite fille de 7 ans, Jasmine, est l’amour de leur vie. Mais lors d’une belle journée d’automne Bruno voit son monde basculer, lorsque Jasmine disparaît. Malheureusement après quelques heures de recherche, les policiers découvrent le corps de Jasmine assassinée et violée. Pour Bruno, c’est l’œuvre d’un monstre qui doit payer pour ce qu’il a fait. Et lorsque la police arrête l’auteur, sa douleur fait place à la haine. A partir de là, il va échafauder un plan machiavélique. Estimant la sentence de la justice insuffisante pour lui faire payer son crime, un terrible projet germe dans l’esprit de Hamel. Il décide d’enlever l’accusé et de lui faire justice lui-même. Dès lors rien ne sera épargné « au monstre ». En parallèle, on suit Hervé Mercure, le sergent-détective chargé de l’enquête qui tente de retrouver Hamel avant qu’il ne commette l’irréparable. C’est un homme impliqué à 100 % dans son travail qui cherche à comprendre les actes des criminels.

Nous assistons à la métamorphose d’un homme ordinaire en bourreau. Comment Bruno Hamel, cet homme tranquille et pacifiste, qui a choisi de soigner et de sauver des vies en devenant chirurgien, a-t-il pu endosser ce rôle de père vengeur ? La vengeance libère-t-elle de la haine et de la douleur ?
La description de ses fameux sept jours et de la vision qu’a Bruno Hamel est assurément le point fort de ce roman. L’auteur nous plonge dans les pensées et les réactions les plus sombres de l’être humain. Il vient chercher en nous le meilleur et le pire. Il veut qu’on s’identifie à Hamel tout en le haïssant à la fois. Ce qui est vraiment différent et passionnant dans Les Sept Jours du talion, c’est que l’on passe la plus grande partie de l’histoire dans la tête de Bruno.

La composition des personnages est parfaite, on essaye systématiquement de se mettre à leurs places. J’ai beaucoup apprécié le style de Patrick Senécal qui parvient à nous livrer des faits très noirs dans une écriture quasi visuelle qui donne lieu à quelques scènes effroyables. Mais plus on avance dans le récit, plus la violence et la cruauté prennent le dessus. Je dois avouer qu’étant moi-même père de deux enfants, j’ai senti un malaise permanent en lisant ce livre.

Pour conclure vous l’aurez compris, mieux vaut être préparé avant d’attaquer ce roman percutant et d’une violence extrême où l’auteur n’épargne pas le lecteur. Attention, âmes sensibles s’abstenir, les sept jours du Talion ne sont pas à mettre dans toutes les mains.

Résumé de l’éditeur :

Il s’appelle Bruno Hamel, il a trente-huit ans et il est chirurgien. Avec sa petite famille ­ Sylvie, sa conjointe, et Jasmine, sa fille de sept ans ­, il habite Drummondville et, comme tous les gens heureux, il n’a pas vraiment d’histoire. Jusqu’à ce que Jasmine, par un bel après-midi d’automne, soit violée et assassinée.
Dès lors, l’univers de la famille Hamel bascule. Mais lorsque la police arrête le meurtrier, un terrible projet germe dans l’esprit enténébré de Bruno : il va s’emparer du monstre et lui faire payer ce qu’il a fait à sa petite fille.
Le jour de la comparution du meurtrier, Hamel, qui a minutieusement préparé son coup, kidnappe le monstre, puis transmet aux autorités policières un message laconique : celui qui a violé et tué sa petite fille va souffrir pendant sept jours, après quoi il sera exécuté. Ensuite seulement, lui-même se rendra.

Patrick Senécal – Les sept jours du Talion (Editions Alire 2002, 2010), (Editions Fleuve Noir 2018)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleine

Du feu de l’enfer – Sire Cédric

Merci aux Editions Presses de la Cité  pour cette lecture.

Chronique :

Du feu de l’enfer le dernier thriller de Cédric Sire est déjà son 8ème roman. Direction Sud de la France dans le département de l’Hérault. Accrochez-vous bien car il nous emmène tout droit en enfer… !du feu de l'enfer

Nous allons faire la connaissance de Manon une jeune femme très dynamique passionné par son métier de thanatopractrice. Et de son frère Ariel, un petit délinquant qui, dans sa vie, va d’échec en échec. Ces deux là ne s’entendent pas très bien, car Ariel a toujours besoin de l’aide de sa sœur et elle, ne le supporte plus. Mais cette fois ci Manon va se retrouver embarqué malgré elle, dans une aventure très sérieuse, qui va la mener dans un tourbillon de massacres, d’horreurs, de terreurs et d’atrocités. Avec son frère Ariel ils vont devoir faire face à une secte satanique d’une très grande ampleur, un ennemi invisible qui dispose de membres dans tout les rangs de la société ! Heureusement ils vont pouvoir compter sur le soutien du capitaine Franck Raynal.

L’auteur nous plonge dans un univers envoutant, il arrive à nous faire vivre cette aventure à 100 %. Il n’y a aucun temps mort. Cédric Sire a une écriture très simple et fluide qui est captivante et addictive. Les chapitres sont courts et les retournements de situations s’enchaînent à un rythme fou. Ce qui fait la force de ce thriller ce sont tout ces mystères autour de cette secte secrète qui s’adonne à des sacrifices et des chasses à l’homme, une ambiance glauque et étouffante, et un duo explosif entre frère et soeur prit dans un engrenage qui va littéralement les dépasser. Entre satanisme, mensonges et corruption on est servi. Et quel dénouement ! Je n’en dirai pas plus.

Je tiens également à saluer le gros travail de recherche de l’auteur pour rendre son histoire le plus réaliste possible. Et il faut rajouter qu’il existe une part de vérité dans ce roman car le « Hellfire » un club anglais créé par Sir John Dashwood au 18ème siècle a vraiment existé !

Bien sûr quand on s’apprête à lire un livre de Cédric Sire il faut vraiment avoir le cœur bien accroché, donc âmes sensibles s’abstenir. Pour ma part c’est mon premier et je dois dire que j’ai vraiment apprécié, non pas pour le côté cruel et gore, mais pour le côté efficace de ce thriller. Il faut bien avouer qu’il excelle dans son domaine et que sans conteste il est à classer parmi les tout meilleurs dans le domaine du thriller français.

Résumé de l’éditeur :

Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et soeur. Un jour, l’une des combines d’Ariel tourne mal
et Manon se retrouve complice malgré elle. Lorsque les assassinats les plus sordides s’accumulent autour d’eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s’intéresse à leur cas. Commence alors une traque qui brouillera
les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l’épreuve les liens du sang.

Cédric Sire – Du feu de l’enfer (Editions Presses de la Cité 09/03/2017).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide