Entourloupe dans l’azimut – Ian Fleming

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler de Moonraker le troisième roman de Ian Fleming sorti en 1955. En France le roman est sorti en 1958 sous le titre Entourloupe dans l’azimut avant de prendre définitivement le titre Moonraker en 2002. Comme je l’ai déjà dit j’ai profité de l’été pour relire tous les romans de Fleming dans l’ordre. Allez c’est parti suivez-moi en direction de l’Angleterre et oui cette aventure est la première des missions dont l’action se déroule exclusivement en Grande-Bretagne. unnamed

Tout commence lorsque M demande un service à son agent fétiche : 007. Hugo Drax, un milliardaire, tricherait aux cartes et dépouillerait ces bons messieurs de la haute société britannique dans l’un des clubs les plus privés de Londres le Blades. Vu que 007 est un expert aux jeux de casino, c’est lui qui est chargé de comprendre comment Drax s’y prend pour tricher. Lorsque Bond a compris, il s’invite dans la partie et bat ce dernier à son propre jeu de manière à lui faire discrètement comprendre qu’il est temps d’arrêter son manège. Dès le lendemain, Bond se voit chargé de remplacer le responsable de la sécurité affecté par les autorités britanniques à l’usine de Drax pour assurer la sécurité du Moonraker un prototype de missile balistique nucléaire. Son prédécesseur étant mort dans des circonstances suspectes, Bond doit vérifier que tout va bien dans l’usine avec l’aide de Gala Brand une agent infiltrée. Le comportement de Drax et de ses hommes, tous allemands, éveille rapidement des soupçons chez notre agent.

La première partie du roman fait un peu penser à Casino Royale, sauf que cette fois-ci il n’est pas question de baccara mais de bridge. Si vous ne comprenez rien au bridge comme moi, cette partie du récit s’annonce un peu longue, même si l’ambiance du club privé le Blades est plutôt sympa. La seconde partie bien que meilleur et plus divertissante est un peu trop lente pour moi, je dois bien l’avouer je me suis un peu ennuyé. Même James Bond pense à sa retraite et paraît blasé et lassé par son travail. Mais comme je l’ai déjà dit le James Bond inventé par Ian Fleming, à la différence du héros que l’on connait tous à l’écran, est beaucoup plus sombre mais également plus humain.

Après deux romans de qualité, j’ai trouvé que Moonraker est un ton en-dessous, c’est une aventure assez différente. Surtout ne prenez pas comme exemple le film, car entre le roman et le film il n’y a pas grand-chose en commun excepté le titre, le nom du méchant et celui de l’engin. Si cette troisième aventure n’est pas la meilleure de la saga, elle offre des moments que les adeptes doivent avoir lus ! 

 

Résumé de l’éditeur :

James Bond se voit confier une mission, à titre non-professionnel, assez particulière par son supérieur M : découvrir de quelle manière le millionnaire Hugo Drax triche aux cartes. Derrière cette mission s’en cache une autre, bien plus dangereuse encore…

Ian Fleming – Entourloupe dans l’azimut (Editions Gallimard, 1958)

Son titre original est « Moonraker » (1955).

Vivre et laisser mourir – Ian Fleming

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler de Vivre et laisser mourir le second roman de Ian Fleming sorti en 1954. Vivre et laisser mourir est le second roman mettant en scène l’agent britannique 007. Comme je l’ai déjà dit je profite de l’été pour relire tous les romans de Fleming dans l’ordre. Allez c’est parti suivez-moi en direction des Etats-Unis puis la Jamaïque. pb_1965_vivrelmourir

James Bond qui était en mauvaise posture à la fin de Casino Royale se voit fournir l’occasion de se venger. Suite au suicide de Vesper Lynd dans le premier opus, l’agent britannique ne rêve que de vengeance et sa cible n’est autre que le SMERSH. Alors forcément quand M lui propose une mission pour anéantir un des gros bras de cette mystérieuse et puissante organisation russe, 007 s’envole pour une nouvelle aventure.

Ce second roman confronte le moins secret des agents secrets à un méchant mégalomane du nom de Mister BIG.  Le plus grand criminel Noir de toute la planète. Comme très souvent la différence entre le film et le roman est assez énorme. 
L’aventure passe ici par diverses villes américaines comme New York, St-Petersburg en Floride, puis direction la Jamaïque pour une chasse au trésor. Mais Mr Big n’apprécie guère que Bond et son ami Felix Leiter viennent mettre leur nez dans ses affaires. 007 s’en tire relativement sans dommage, mais Leiter l’agent de la CIA est en partie dévoré par un requin (scène qui sera reprise bien plus tard dans le film « Permis de tuer »). Le livre est beaucoup plus dur que le film. James Bond est plus dur et plus sombre que dans la plupart des films.

Le récit et le style sont toujours aussi visuels, les scènes d’action y sont nombreuses. Ce second roman de la série est beaucoup plus exotique que Casino Royal et Ian Fleming nous communique déjà sa grande passion pour la Jamaïque. Le culte vaudou, le Baron Samedi et Solitaire la voyante rendent le récit encore plus dépaysants. Je recommande à tous les fans de James Bond de le découvrir au format littéraire, car finalement c’est découvrir le vrai BOND…

Résumé de l’éditeur :

James Bond s’envole pour New York où il doit rencontrer son ami de la CIA Felix Leiter et des agents du FBI. Cette nouvelle mission en collaboration avec les services américains a pour objet l’enquête sur un certain Mister Big, accessoirement leader d’une secte vaudou mais surtout agent du SMERSH. Il semblerait que cet homme ait découvert un trésor pirate en Jamaïque et qu’il l’écoulerait afin de financer des opérations soviétiques. Suite aux événements de Casino Royale, 007 y voit l’occasion de damer le pion au SMERSH…

Ian Fleming – Vive et laisser mourir (Editions Plon, 1964)

Son titre original est « Live and let die » (1954).

Casino Royale – Ian Fleming

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler de Casino Royale le premier roman de Ian Fleming sorti en 1953. Casino Royale est le premier roman mettant en scène l’agent britannique 007. J’ai profité de l’été pour relire tous les romans de Fleming dans l’ordre. Les romans sont assez courts et facile à lire. Allez c’est parti suivez-moi en direction de Royale-les-Eaux en Normandie. Et oui même si Fleming était britannique et qu’il a écrit ses romans chaque hiver dans sa villa en Jamaïque pour sa première aventure il a choisi la France comme première destination pour son espion James Bond. pb_1965_casinoroyale

Dans ce premier opus de la saga Bond, on fait connaissance avec le moins secret des agents secrets de la planète qui est envoyé dans une petite ville française pour affronter le Chiffre. Celui-ci a perdu d’importantes sommes d’argent et compte sur le casino de Royale-les-Eaux pour se refaire une santé aux tables de baccara. Comme le Chiffre est lié à l’Union soviétique et alimente les caisses du parti communiste français, Bond est chargé de le ruiner au jeu.

Nous sommes ici au début des années 50 en pleine guerre froide et l’on suit la confrontation entre deux adversaires le Chiffre, menacé de mort par l’organisation SMERSH (« Mort aux espions », qui deviendra dans les films le SPECTRE), et James Bond. C’est l’occasion de faire connaissance avec l’agent secret, fin gourmet amateur de vin, de cocktails, de caviars et de cigarettes. Bond va rencontrer Vesper Lynd une femme fatale avec laquelle il va vivre une aventure passionnante et romantique qui va mal se terminer. Pour sa mission il reçoit l’aide de René Mathis un espion français et fait la connaissance de Felix Leiter de la CIA que l’on retrouvera dans plusieurs romans ultérieurs.

Le style est assez visuel et le roman se lit presque comme un scénario. L’intrigue est originale et les personnages sont attachants. De nos jours bien entendu tout le monde connaît 007 pour les films. Mais il faut savoir qu’avant tout c’est un personnage de littérature et que le James Bond des livres est beaucoup plus dur. Bien entendu il faut se remettre dans le contexte de l’époque, ce genre de romans n’existait pas au début des années 50 c’était vraiment quelque chose de nouveau.
Casino Royale est surtout un roman d’espionnage que je recommande à tous les adeptes de 007… 

Résumé de l’éditeur :

Tout commence par une étourdissante partie de baccarat. Le Chiffre, mystérieux et puissant agent au service des Russes, joue au casino de Royale-les-eaux pour financer ses sinistres projets. Mais un adversaire aux nerfs d’acier vient s’asseoir en face de lui. Son nom est Bond. James Bond. Mais cette partie endiablée n’est que la première épreuve. L’agent secret va devoir déployer toute son habileté et son courage pour mettre fin aux machinations des ennemis du monde libre. A moins qu’une épreuve plus diabolique que toutes les autres n’ait raison de lui : l’amour

Ian Fleming – Casino Royale (Editions Plon, 1964, 1970)

Son titre original est « Casino Royale » (1953).

James Bond : Le guide officiel de 007 – Lee Pfeiffer & Dave Worrall

Chronique :

Aujourd’hui après une longue pause sans chronique je reviens vers vous avec une lecture plaisir. C’est difficile pour moi actuellement de trouver du temps pour lire et donc d’alimenter le blog. Ma femme travaille et nous avons deux garçons (4 ans et 7 ans) qui n’ont pas école comme tout le monde le sait. Donc c’est le rôle de papa qui prédomine c’est bien logique. Malgré tout j’essaye de me faire plaisir en soirée et de lire quelques livres sur mon autre grande passion : JAMES BOND 007. couv57824649

Je viens de terminer Le Guide Officiel de 007 de Lee Pfeiffer & Dave Worrall ce livre est tout simplement une pure merveille pour tous les amoureux de Bond. Tout commence par une belle introduction et un bel hommage rendu à Albert R. Broccoli surnommé affectueusement « Cubby », le producteur légendaire de James Bond au cinéma. Ensuite les auteurs ont détaillé chaque film en parlant de la mission, des Bond Girls, des ennemis, des alliés, des véhicules, des gadgets, des armes, de la musique, du marketing et du box-office. Bien entendu tous les films sont illustrés de très belles photos dont certaines sont inédites. A la fin du livre les auteurs nous proposent une petite biographie sur le père littéraire de l’agent 007 Ian Fleming. Ils présentent également les principaux acteurs qui ont fait le succès de la saga Bond depuis quarante ans et enfin ils s’intéressent à l’influence de James Bond dans la culture populaire et notre société actuelle. Bien entendu ce livre qui date de 2005 ne relate pas les films avec Daniel Craig.

Ce que j’ai bien aimé dans ce guide c’est que les auteurs n’hésitent pas à donner leur avis favorable ou non à certains films. Ils ne disent pas qu’ils ont tout aimés et approuvés et ça c’est vraiment top. Le Guide Officiel de 007 qui date de 2005 retrace avec merveille tous les films de la saga James Bond. De 1962 à 2002, de Sean Connery à Pierce Brosnan, les auteurs reprennent film par film, chronologiquement les 40 ans d’existence du personnage. Pour tous les « Bondophiles » ou « Bondologues » c’est un livre à avoir absolument dans sa bibliothèque.

« Même ceux d’entre nous qui ont littéralement grandi avec la série n’auraient pu prédire l’impact durable de James Bond sur la culture populaire. Pourtant l’agent 007 a abordé le nouveau millénaire plus juvénile que jamais. L’intérêt même qu’il suscite dans le monde entier est encore plus impressionnant que sa longévité. »

 

Résumé de l’éditeur :

James Bond, le guide officiel offre pour la première fois aux lecteurs français une vision exhaustive et éclairée de ce qui fait du plus célèbre espion de tous les temps un véritable mythe. Film par film, des origines à nos jours, tous les secrets de James Bond enfin révélés dans leurs moindres détails, qu’il s’agisse de sa mission (toujours délicate), de ses ennemis (toujours plus nombreux), de ses alliés (toujours Moneypenny), de ses véhicules (toujours extravagants), de ses gadgets (toujours sophistiqués), de ses armes (toujours novatrices), et bien sûr de ses conquêtes féminines (toujours sublimes), sans oublier les anecdotes inédites de tournage et les reproductions d’affiches de cinéma et de produits collector… Avec 250 illustrations, pour certaines inédites, tirées des archives très fermées de Eon Productions, Lee Pfeiffer et Dave Worrall rendent ici un hommage vibrant au plus brillant, au plus sexy et au plus populaire des héros modernes.

Lee Pfeiffer & Dave Worrall – Le Guide Officiel de 007 (Editions Flammarion 2005)