Seul le silence – R.J. Ellory

Chronique :

Seul le silence était dans ma PAL depuis plus d’un an déjà. Je découvre donc pour la première fois R.J. Ellory, auteur britannique très célèbre. C’est parti en direction d’Augusta Falls dans l’Etat de Géorgie aux Etats-Unis. Seul le silence est narré par une seule personne – Joseph Vaughan – que l’on suivra pendant plus de 30 ans. Seul_le_silence

Seul le silence nous raconte l’histoire du jeune écrivain en herbe, Joseph Vaughan, qui en 1939 est âgé de 12 ans. Il perd son père et se retrouve seul avec sa mère dont il est très proche, dans une petite ville américaine de Géorgie, Augusta Falls. Peu de temps après une fillette est retrouvé tuée, violée et mutilée aux abords de la ville… Cette série continuera pendant des années. Des fillettes âgées entre huit et douze ans assassinées dans d’horribles circonstances. A l’heure où tout les habitants d’Augusta Falls et des comtés voisins sont effrayés par cette histoire, lui voudrait pouvoir protéger ces petites filles. Il cherchera à découvrir qui pourrait être le coupable, sans succès. Ni lui, ni le shérif de sa ville, ni les shérifs des comtés voisins, ni tout ceux qui seront appelés de tout l’état par la suite ne trouveront ce tueur qui perpétue ces atrocités. Les crimes semblent s’arrêter après le départ de son voisin Gunther Kruger, pour reprendre de plus belle dans d’autres comtés de Géorgie. Joseph cherche à tourner la page et part à 18 ans pour New-York afin de devenir écrivain… Mais rien n’est vraiment terminé, et bientôt son passé va de nouveau le rattraper… Une histoire qui le hantera toute sa vie…

Qui peut rester insensible face à cette enfance abîmée et déchirée par la mort d’un père, la guerre, un meurtrier et des désillusions en tout genre… La plume de R. J. Ellory est vraiment extraordinaire. L’auteur se place dans la peau de ce jeune homme et nous livre son histoire comme un témoignage, comme si Joseph était là et nous contait sa dramatique histoire.

Ce roman est un petit chef d’oeuvre de noirceur. Laissez-vous emporter par ce livre plein de finesse où vous allez ressentir le contraste entre la légèreté du style d’Ellory et la noirceur de ce qui est décrit. C’est splendide. Un vrai coup de cœur !

Résumé de l’éditeur :

Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps d’une fillette assassinée. Une des premières victimes d’une longue série de crimes. Des années plus tard, alors que l’affaire semble enfin élucidée, Joseph s’installe à New York. Mais, de nouveau, les meurtres d’enfants se multiplient… Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui le hante. Avec ce récit crépusculaire à la noirceur absolue, R. J. Ellory évoque autant William Styron que Truman Capote, par la puissance de son écriture et la complexité des émotions qu’il met en jeu.

R.J. Ellory – Seul le silence (Editions Sonatine 2008), (Livre de Poche 2009, 2011), (Editions France Loisirs 2012) traduit de l’anglais par Fabrice Pointeau.

Son titre original est « A quiet belief in angels » (2007).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleine

Le Bleu de tes yeux – Mary Higgins Clark

Chronique :

J’ai découvert Mary Higgins Clark vers la fin des années 1990. Ce fut mes premiers polars et il faut bien dire que pour moi c’était la reine du suspense. J’ai adoré La Nuit du renard, La Maison du guet ainsi que Recherche jeune femme aimant danser. le-bleu-de-tes-yeux

Mais depuis quelques années déjà j’accroche beaucoup moins. Elle est tombé dans une certaine facilité, ses histoires sont devenus trop prévisible. Le Bleu de tes yeux confirme nettement cette tendance. L’intrigue se passe de nouveau dans le milieu de la haute société, les personnages sont trop lisses et trop creux, la fin est bâclée.

Il faut être clair on ne tremble pas vraiment pour Laurie et son fils Tommy. Bien sûr que le style est agréable, ça se lit facilement on a pas trop besoin de réfléchir et de temps en temps cela fait du bien. Réservé aux inconditionnels de l’auteur. Moi je vous conseil plutôt de lire ses premières œuvres.

Résumé de l’éditeur :

Il y a cinq ans, Timmy a été témoin du meurtre de son père. Avant de s’enfuir, l’assassin, aux yeux très bleus – ce dont le garçon se souvient précisément –, lui a lancé : « Dis à ta mère qu’elle est la prochaine. » Depuis, l’enfant et sa mère, Laurie, vivent sous cette menace. La jeune femme, célèbre productrice télé, démarre une série choc sur les affaires non résolues. Le premier épisode revient sur l’affaire du « Gala des lauréates » : il y a vingt ans, Betsy Powell et son mari organisaient une grande soirée en l’honneur du diplôme de leur fille. La nuit même, Betsy mourait étouffée. Alors qu’on s’apprête à reconstituer la scène du crime dans la splendide demeure des Powell, quelqu’un épie Laurie dans l’ombre, quelqu’un qui a les yeux d’un bleu éclatant… Commence alors un huis clos haletant.

Mary Higgins Clark – Le Bleu de tes yeux (Albin Michel 2014), (Le Livre de Poche 2015) traduit par Anne Damour.

Son titre original est « I’ve Got You Under My Skin » (2014).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleineetoile-videetoile-vide