Entretien avec Patrick Bauwen – Monster

81-G3SL1l2L

 

 Quel est votre premier souvenir avec le monde du polar ?

Les enquêtes du Club des Cinq, ou Les conquérants de l’impossible. Ces « polars » de la collection Bibliothèque Verte ont bercé mon enfance. Ils m’ont fait comprendre une chose essentielle : quelle que soit l’histoire, il existe un moteur fondamental pour le lecteur : le mystère.

 

● D’où vous est venue l’envie d’écrire des « Thrillers » ?

Pendant la lecture du roman « Ne le dis à personne » d’Harlan Coben. Pour la première fois, je lisais un polar dont le héros n’était ni flic, ni détective, mais médecin comme moi. Je me suis dit « ça, j’en connais les ressorts, je peux les exploiter » et hop, en avant !

 

● Comment vous est venue l’idée de l’intrigue pour votre roman « Monster » ?

D’une rencontre personnelle avec un criminel. Assez proche de la rencontre que je décris au début du livre. Si, en tant que médecin, vous développez une relation avec un tueur, il y a des chances pour que des choses dangereuses se produisent. Et c’est exactement ce qui arrive dans l’histoire.

 

● Parlez-nous un peu du médecin Paul Becker comment il a pris forme ?

Paul Becker a pris forme d’une façon très simple : c’est moi. Ses pensées, ses réflexes, sa famille, ses bons et ses mauvais côtés… Pourquoi pensez-vous que nous partageons les mêmes initiales, héhé ?

 

● Vous avez parfaitement bien décrit les lieux, vous êtes-vous rendu sur place ?

Je me rends toujours sur les lieux de mes histoires. L’enquête préliminaire fait partie de la conception du livre. Pour Monster, j’ai travaillé pendant 3 mois « en shadow » avec un médecin de Naples, Floride, au sein de sa consultation. J’en parle d’ailleurs dans les remerciements. Tout comme les anecdotes et les lieux, beaucoup de mes personnages sont réels, et figurent souvent sous leur vrai nom. C’est le cas de la médecin légiste de Monster, par exemple. Mais aussi de certains flics, comme Cameron Cole, qui est un second rôle récurent dans mes livres.

 

● Etes-vous un grand lecteur et si oui qui vous a inspiré ?

Je lis beaucoup, constamment, un peu partout, soit des livres papiers, soit sous forme numérique. Mon inspiration principale, même si c’est un lieu commun, provient des bouquins de Stephen King. C’est un rituel. Je lis toujours quelques-unes de ses pages, souvent dans le désordre, prises au hasard dans l’un de ses livres. Il y a toujours un King dans mon environnement immédiat. Disons que c’est une sorte de thérapie anxiolytique pour moi.

 

● Quel sera votre mot de fin à cet entretien ?

Si vous avez apprécié Monster, alors je vous recommande de tenter ma nouvelle trilogie : Le Jour du Chien, La Nuit de l’Ogre, et le tome 3, à paraître en 2019. L’ambiance est très proche de celle de Monster : résolument sombre. Vous y découvrirez un personnage très proche de Paul Becker, face à un adversaire hors du commun : le Chien, un criminel mystérieux, doté d’une double identité. Frayeurs et coup de théâtre garantis !

Lien vers ma chronique de Monster

Je tiens à remercier Patrick Bauwen d’avoir pris le temps de répondre aux questions de la Caverne du Polar. J’espère vous avoir permis de découvrir un peu plus cet auteur très talentueux et très drôle.

 

AVT_Patrick-Bauwen_1058.jpg

Biographie de Patrick Bauwen

Patrick Bauwen nom de plume de Patrick Bousquet, né le 13 novembre 1968 à Aix-en-Provence, est un romancier français spécialisé dans le roman policier. Il dirige un service d’urgence dans un hôpital de la région parisienne. Il partage sa vie entre ses deux passions : l’écriture et la médecine d’urgence. L’Œil de Caine (2007, 40.000 exemplaires vendus en librairie) a obtenu le prix Polar des lecteurs du Livre de Poche et le Prix Carrefour du 1er roman, Monster (2009), le prix Maison de la Presse, et Seul à savoir (2010) a reçu le prix Littré. Le jour du Chien (2017) a reçu le prix polar Babelio.

Monster – Patrick Bauwen

Chronique :

J’ai rencontré Patrick Bauwen lors du Festival Sans Nom à Mulhouse cette année et j’ai pris beaucoup de plaisir à parler avec lui. J’ai commencé avec Monster le premier tome de la série Paul Becker. Nous voici donc parti en direction de Naples, non pas en Italie, mais en Floride aux Etats-Unis. 81-G3SL1l2L

Revenu s’installer en Floride à Naples dans la petite ville de son enfance, Paul Becker est un médecin qui vient tout juste d’ouvrir sa Walk-in-Clinic, une salle de consultation sans rendez-vous et ouverte à tous 24h/24h. Il est contraint de travailler la nuit afin d’assurer sa réputation et de rentrer dans ses frais. Un soir, alors qu’une tempête frappe la ville de Naples, il voit débarquer son ami Cameron Cole un flic imposant, qui lui ramène un homme nu et blessé dans sa clinique. Lorsque les deux hommes quittent la clinique, Paul retrouve le téléphone portable de ce mystérieux patient et à partir de là, sa vie va basculer. Car ce portable contient des photos compromettantes, dont l’une d’elle est le portrait du père de Paul ! Des menaces s’ensuivent, sa femme et son fils disparaissent. Soupçonné de choses atroces, poursuivi par la police, c’est pour lui le début de sa lente descente aux enfers. Propulsé dans son passé mais aussi dans une affaire de réseau pédophile qui dépasse toutes les horreurs imaginées, Paul n’est plus que l’ombre de lui-même. Traqué par un fou comme par les autorités, il mène sa propre enquête.

Le récit démarre assez doucement et permet au lecteur de s’immerger profondément dans l’univers de Paul. Mais très vite on est happé par les différents rebondissements, pas de temps morts dans l’histoire et une intrigue qui évolue très vite. Confiance, famille, réseaux pédophiles, FBI, sont les ingrédients de cet inquiétant roman qui se lit d’une traite. Tout sera remis en question, son couple, son père, ses amis, ses fréquentations…

Monster est vraiment un thriller très efficace. Pour son second roman Patrick Bauwen a fait très fort. J’ai hâte de lire les fantômes d’Eden.

Résumé de l’éditeur :

Je m’appelle Paul Becker. Je suis médecin.
Je vis dans une petite ville, en Floride.
J’ai une femme, un fils, un boulot que j’aime.
Une existence ordinaire.
Jusqu’au jour où je découvre un téléphone portable.
Un patient l’a perdu pendant une consultation.
Un homme étrange. Dangereux.
Soudain, ce téléphone sonne.
Et ma vie bascule.
Complots. Meurtres. Disparitions.
Toutes mes certitudes vont s’effondrer.
Pourquoi je vous raconte tout ça ?
C’est très simple…
Votre vie va basculer aussi.

Patrick Bauwen – Monster (Editions Albin-Michel 2009), (Le Livre de Poche 2009, 2010)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide

Festival Sans Nom 2018

fsn-2018-bandeau-principal

Pour la troisième année consécutive, j’ai eu la chance de participer au Festival Sans Nom de Mulhouse. Ce festival de polar est vraiment devenu une manifestation incontournable en France ! Quelle chance d’avoir un Festival de cette envergure dans mon département. Cette sixième édition était vraiment très impressionnante.

J’y ai fait de belles rencontres et j’ai aussi échangé avec des passionnés, des blogueurs et blogueuses venus de toute la France, de la Belgique, de la Suisse et cette année même des USA… Très content d’avoir revu Yvan, Geneviève, Valérie, Nathalie, et d’avoir rencontré MarcGwendoline et Aude qui est venu tout droit de Santa Barbara an Californie…

Très content d’avoir pu rencontrer et discuter avec des auteurs aussi sympathique et talentueux que Claire Favan , Barbaral Abel, R.J. Ellory, Nicolas Beuglet, Gaëlle Perrin GuilletIngrid Desjours, Ian Manook, René Manzor, Niko Tackian, Michaël MentionFranck Thilliez et Patrick Bauwen (et sa mémorable photo avec son nom inscrit au sang, éclairé au luminol euh non au bluestar… du sang de quoi… ça on en sait rien ! )

Les tables rondes étaient vraiment d’une très grande qualité cette année. Yvan et Hervé sont vraiment très à l’aise dans ce domaine et les questions sont toujours très pertinente. Mention spéciale à la table ronde avec la Ligue de l’Imaginaire et la table ronde composée de Ian Manook, Claire Favan et Patrick Bauwen. Deux moments vraiment mémorables.

 

 

Vivement l’année prochaine et un grand merci à tous les bénévoles qui font vivre ce Festival !