Les refuges – Jérôme Loubry

Un grand merci aux Editions Calmann-Lévy Noir pour cette lecture.

Chronique :

En 2017 j’ai eu la chance de participer à un petit-déjeuner/rencontre entre blogueurs & auteurs lors du Festival Sans Nom à Mulhouse. Il y avait Sire Cédric un auteur déjà très connu et un certain Jérôme Loubry que je ne connaissais pas du tout. Il venait à peine de publier son premier roman Les chiens de Détroit. Un an après est sorti son second livre Le douzième chapitre que je n’ai pas encore lu. Cette année est sorti son troisième livre, Les refuges ! C’est de ce livre que je vais vous parler. Allez suivez-moi en direction de cette magnifique région qu’est la Normandie. couv52564154

On est en 1949 sur une île au large de la Normandie et on fait connaissance avec Suzanne Vaudrier. Une île qui après la seconde guerre mondiale a été racheté et transformé en camps de vacances pour les enfants. Suzanne y est animatrice et prend son rôle auprès de ses enfants qui ont tant souffert à cause de la guerre très à cœur. Jusque surgit un drame affreux…
Puis on se retrouve en 1986, on fait la connaissance de Sandrine Vaudrier une journaliste qui se trouve chez Frank Wernst, un vieux paysan qui habite dans un endroit très isolé. Elle est chez lui pour écrire un article. Lorsqu’elle rentre de son reportage, Pierre son patron l’a convoque dans son bureau. Ce dernier lui informe que sa grand-mère Suzanne Vaudrier est décédée et qu’elle doit se rendre chez le notaire. Lors de son rendez-vous, Sandrine est invitée à se rendre sur l’île où vivait sa grand-mère. Une île très isolé et fermé à tout visiteurs car destiné à devenir une réserve naturelle. Mais Sandrine s’y rend pour ranger et trier les affaires de Suzanne, et surtout pour comprendre cette grand-mère qu’elle n’a jamais vraiment connue. Mais lorsqu’elle pose les pieds sur cette île, elle va très vite découvrir que tout ne va pas se passer comme prévue… Pensant repartir très vite, elle apprend qu’elle y est finalement coincée pendant toute une semaine, jusqu’au prochain bateau. Que se passe-t-il sur cette île ? Pourra-t-elle un jour de nouveau la quitter ?

Dès le début du livre, j’ai été littéralement happé par le récit. Deux personnages, deux époques et une intrigue mystérieuse pleine de rebondissements… Jérôme Loubry a su créer une atmosphère et une ambiance sombre et oppressante. Cette île qui se trouve au large des côtes mais que personne ne connaît est une invention géniale. On sent que Sandrine dois se méfier de tout, mais on veut comprendre, on veut savoir. J’ai adoré m’imaginer sur cette île. Les habitants sont tous mystérieux et je ne comprends pas pourquoi ils vivent depuis toujours sur ce bout de terre ! Quels secrets cachent-ils ?

Vous l’aurez compris, Les refuges est pour moi un gros coup de cœur. J’ai envie de dire qu’il y a Shutter Island de Dennis Lehane et maintenant Les refuges de Jérôme Loubry… Ce livre termine en beauté mon année 2019 et je pense qu’il va me marquer autant que Le Cri de Nicolas Beuglet. A la télé on entend très souvent dire certains sportifs « C’est pour vivre ce genre de moments que je m’entraîne dur toute l’année »! Et ben à mon tour j’ai envie de dire que c’est pour ce genre de livre que j’ai plaisir à lire toute l’année et à tenir ce blog. Merci à toi Jérôme Loubry pour ce livre fantastique.

Résumé de l’éditeur :

Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.
Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a.
Pourtant, l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d’entre eux ne quitte-t-il jamais l’île ?
Qu’est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?
Qui était vraiment sa grand-mère ?
Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien…

Jérôme Loubry – Les refuges (Editions Calmann-Lévy 2019)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleine

Entretien avec Johana Gustawsson – Block 46

couv23431631

 

● Pourriez-vous vous présenter en quelques mots pour les lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Je suis une marseillaise d’origine catalane qui vit à Londres avec son suédois de mari et ses trois fils.

 

● Quel est votre premier souvenir avec le monde du livre ?

Les livres de Freud que je délogeais de la bibliothèque familiale. Je les feuilletais et les maltraitais avant de les replacer. Ils sont toujours dans la mienne, mais je les traite maintenant avec le respect qu’il se doit.

 

● D’où vous est venue l’envie d’écrire des « Thrillers » ?

Je pense que j’ai été piquée dès mon plus jeune âge, lorsque ma mère m’a mis entre les mains La Mystérieuse Affaire de Styles d’Agatha Christie. Je suis tombée amoureuse d’Hercule Poirot et, par la même occasion, des romans policiers. L’envie d’écrire était sous-jacente à celle de lire des polars, des thrillers, du Noir. Mais ce n’est que lorsque j’ai écrit mon premier roman, Block 46, que j’ai su que j’écrirais du Noir.

 

● Comment vous est venue l’idée de l’intrigue pour votre roman « Block 46 » ?

Block 46 est un concentré de désirs différents : tout d’abord celui de parler de la vie de mon grand-père paternel, qui a été déporté au camp de concentration nazi de Buchenwald alors qu’il oeuvrait pour la résistance française, et à travers son histoire, celle des victimes de l’holocauste. Puis, celui de mettre en pratique mes amours pour la criminologie et le profilage, entretenues depuis vingt ans par des lectures de Stéphane Bourgoin, John Douglas, Paul Britton ou Peter Vronsky.

 

● Comment vos personnages prennent-ils vie en général et là tout particulièrement Emily et Alexis ?

En observant mes voisins, des anonymes dans la rue, dans un bus, devant l’école, mes confrères, n’importe qui, n’importe où : tout est recherche, tout est inspiration. Après, vient s’ajouter cette part de fantasme que l’on introduit dans nos personnages qui par certains côtés représentent une version désirée ou rêvée de nous-même.

 

● Est-ce que le fait d’être journaliste vous aide pour votre travail de romancière et notamment pour la partie recherche ?

Ce qui m’aide le plus pour mon travail de recherche est la formation que j’ai reçue en droit à Sciences Po, je pense : cette rigueur de travail et cette organisation nécessaires lorsque l’on écrit des romans historiques, avec les nécessaires index thématiques et les lectures à foison et dans toutes les langues pour trouver les informations à la source. Ce que mon métier de journaliste m’a par contre donné, c’est savoir à quelle porte frapper pour obtenir ses informations et oser ! Oser contacter des personnes que l’on considère comme intouchables, mais qui, finalement, sont bien souvent loin de l’être !

 

● Quand vous commencez à écrire un roman, le dénouement est-il déjà fixé ou est ce qu’il vient au courant de l’écriture ?

Oh oui, je sais exactement où je vais et comment, ce qui ne m’empêche pas de me laisser surprendre par mes personnages ou une situation qui ne tourne pas comme prévu. Disons que j’ai besoin d’un cadre pour me sentir libre !

 

● Êtes-vous une grande lectrice ?

Je le suis ! Et je ne crois pas que l’on puisse écrire sans dévorer des piles de livres. Je lis beaucoup moins de polars maintenant, car je lis beaucoup pour mes recherches liées à ma série Roy et Castells, ce que j’adore.

 

Quelles sont vos autres passions dans la vie ?

Ai-je le droit de dire mes trois fistons ?

 

● Quel sera votre mot de fin à cet entretien ?

LISEZ ! Lisez de tout, partout, autant que vous le pouvez. La lecture, c’est un voyage que l’on fait à l’intérieur de soi-même.

 

Lien vers ma chronique de Block 46.

Je tiens à remercier Johana Gustawsson d’avoir pris le temps de répondre aux questions de la Caverne du Polar.

ob_d33cad_6.jpg

Block 46 – Johana Gustawsson

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler de Block 46, premier tome de la saga Emily Roy et Alexis Castells. Cela fait très longtemps que j’entends parler de Johana Gustawsson, il était donc grand temps pour moi de lire son premier thriller. Avec deux thématiques choc, les tueurs en série et les camps de concentration, je trouve que pour une première elle a frappé très fort. C’est parti, suivez-moi en direction de Londres et de Falkenberg en Suède. couv23431631

Tout d’abord on fait connaissance avec Alexis Castells une romancière française, vivant à Londres qui écrit sur des tueurs en série. Elle est à la recherche de son amie Linnéa Blix, mais cette dernière a été sauvagement assassinée à Falkengerg en Suède. La victime présente d’horribles mutilations, la trachée a été arrachée et les yeux énucléés. De plus un mystérieux signe a été gravé sur son bras. Appelée sur les lieux, la canadienne Emily Roy une profileuse reconnue, retrouve le même modus operandi déjà présent sur les corps d’enfants retrouvés à Londres. Alexis et Emily vont très vite s’accorder et tenter ensemble de retrouver le ou les tueurs…  L’enquête semble bien complexe. L’intrigue alterne entre présent et passé, car on se retrouve également dans l’enfer des camps de concentration en 1944 lors de la Seconde Guerre mondiale. Dans le camp de Buchenwald on suit l’histoire d’Erich Ebner, un allemand déporté en 1944, forcé de travailler aux côtés du mystérieux docteur Fleischer dans le fameux Block 46. Un lieu secret et chargé de mystère que tout le monde craint. Quel est donc le lien entre ces deux époques ? C’est à Alexis et Emily de le découvrir.

Moi qui aime beaucoup les pays nordiques, j’ai adoré cette immersion en Suède. Je me voyais avec eux manger des Kanelbullar… Plus sérieusement, j’adore lorsque le récit alterne entre le passé et le présent. C’est très fluide et je n’ai eu aucun mal à m’y retrouver. Les chapitres relatant les faits lors de la seconde guerre mondiale sont vraiment effrayants. Je sais très bien que c’est la vérité et que c’était la vie dans les camps de concentration, mais l’auteure ne nous épargne vraiment rien de cette atrocité. Concernant le dénouement, il est très bon, je n’ai rien vu venir.

Block 46 est un thriller à l’ambiance angoissante et oppressante. Les sujets abordés sont très durs. L’enquête est très bien maîtrisée. Cette première avec Johana Gustawsson est une vraie réussite. J’ai vraiment beaucoup aimé ce premier opus et j’ai hâte de retrouver le duo d’enquêtrices Alexis et Emily dans Mör.

Résumé de l’éditeur :

Falkenberg. Suède. Le commissaire Bergström retrouve le cadavre nu et gelé d’une femme aux abords de la plage d’Olofsbo. Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d’enfants dont les corps sauvagement mutilés ont été abandonnés dans les bois d’Hampstead, au nord de la ville. Ils présentent les mêmes mutilations que la victime suédoise : trachée arrachée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras. Etrange serial killer, qui change de type de proie et de lieu de chasse… Pourrait-il s’agir d’un tandem de sociopathes ?

Johana Gustawsson – Block 46 (Editions Bragelonne 2015), (Editions Milady 2016)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleine

Code Victoria – Thomas Laurent

Merci aux Editions Zinedi pour cette lecture.

Chronique :

Après avoir lu et apprécié le Signe du Diable, Code Victoria est le second roman de Thomas Laurent. Je me suis donc plongé avec joie dans ce thriller ésotérique qui nous emmène en montagne dans le petit village médiévale de Rochehauh. code victoria

On va rapidement faire la connaissance de Victoria, une jeune femme rousse qui a été abandonnée à l’âge de 4 ans devant un orphelinat en Bretagne. Notre héroïne est une femme intelligente, courageuse et attachante. Lorsque son compagnon Victor, parti trois mois plutôt à Rochehauh (petit bourg médiéval perché à plus de 2400 mètres), faire des recherches pour un livre, vient à disparaître, elle décide de se rendre sur place pour y faire son deuil. Disposant de quelques maisons, d’un monastère et d’un manoir,  Rochehauh est un village perdu et isolé. Victoria va y séjourner pendant un mois, pour tenter de retracer et comprendre la mystérieuse disparition de Victor. Mais dès le départ elle va comprendre qu’elle n’est pas la bienvenue et découvrir que le village et ses habitants cachent beaucoup de secrets. Elle va devoir faire face à un tas de problèmes et d’énigmes mais surtout elle va être rattrapée par son passé. Elle sera baladée de fausses pistes en fausses pistes. A qui peut-on vraiment faire confiance dans ce village… La pauvre ne sait vraiment pas ce qui l’attend!

Code Victoria c’est un monastère clos où il est interdit de se rendre, les septs moines de l’Ordo Oleam, une église abandonnée, un labyrinthe, un codex médiéval indéchiffrable, un manoir qui a servi de Lebensborn sous l’occupation Allemande, la prison du Diable et des disparitions étranges.

L’écriture est fluide et efficace, l’univers et l’ambiance nous font penser au « Da Vinci Code ». Ce roman est extrêmement bien documenté et il n’y a aucun temps mort. L’intrigue est original et très bien construite. Pas de longueur et un dénouement explosif!

Code Victoria est un roman explosif mêlant ésotérisme, histoire et suspense. Avec ce livre Thomas Laurent a changé de dimension et à placé la barre très haut. Je lui souhaite vraiment d’être découvert et lu par le grand public. J’ai passé un excellent moment de lecture, vivement son prochain.

Résumé de l’éditeur :

Rochehauh. Petit village oublié de tous, où, selon un manuscrit médiéval, serait enfermé le diable lui-même… Un parfait sujet d’article pour Victor, journaliste, parti enquêter trois mois plus tôt, mais jamais revenu. Pour comprendre ce qui s’est passé, son amie Victoria décide de se rendre à Rochehauh. Rapidement, elle est forcée d’admettre que quelque chose ne tourne pas rond. Pourquoi lui interdit-on l’accès au vieux monastère ? Quel secret Victor avait-il découvert dans les pages du codex crypté ? Qui est cet inconnu qui la menace ? Happée dans un dangereux jeu de piste, Victoria n’a d’autre choix que de découvrir la vérité. Plus aucun doute : sa vie en dépend…

Thomas Laurent – Code Victoria (Editions Zinedi 15/06/2017).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide