Entretien avec Armelle Carbonel – Sinestra

couv67754589

 

● Peux-tu te présenter en quelques mots pour les lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

J’écris depuis mon plus jeune âge. Poèmes, pièces de théâtre, chant militaire, nouvelles, romans… Chaque période de ma vie a connu son genre littéraire mais c’est vers le thriller que je me suis finalement trouvée. Fascinée par les lieux, leur atmosphère, je place naturellement mes histoires dans les contextes angoissants qu’ils renferment. Je suis l’auteur de « Criminal Loft », « Majestic Murder », aux éditions Bragelonne et « Sinestra » aux éditions Ring. Mon prochain roman paraîtra aux éditions Fayard/Mazarine et ce sera… un suspense à huis clos…

 

Quel est ton premier souvenir avec le monde du livre ?

Mon souvenir le plus marquant est ma première rencontre en 2001 avec Maxime Chattam à la librairie de Pincerais à Poissy (Yvelines). Un moment d’exception car nous n’étions que 3 lecteurs dans la file d’attente ! J’ai découvert un écrivain accessible et généreux. Peu d’auteurs prennent le temps de se pencher sur les écrits d’une inconnue et d’y apporter des variations mais Maxime Chattam l’a fait ! J’aimerais revivre ces instants avec la même innocence.

 

● D’où t’es venue l’envie d’écrire des « Thrillers » ?

De très loin… Enfant, j’ai vécu une expérience étrange liée à une maison que l’on nommait à l’époque « La Maison Rouge » en raison de la couleur de ses volets. Je n’ai jamais trouvé d’explication aux évènements troublants qui s’y sont déroulés. Plus que l’envie d’écrire des thrillers, je suis désormais motivée par le besoin d’explorer des lieux inspirants et de créer des atmosphères qui me rappellent sans doute celles que j’ai ressenties face à cette maison.

 

● Comment t’es venue l’idée de l’intrigue pour ton roman « Sinestra » ?

En visionnant un reportage sur… le Val Sinestra ! Le lieu se révélait un cadre fantastique pour un roman noir. Mentalement, j’y ai vu des enfants courir au milieu des bois et ressenti le contexte historique dans lequel je souhaitais les voir évoluer. Mais l’intrigue par elle-même s’est dessinée au fil des années (sans se presser…) jusqu’à ce que je me sente prête à l’exploiter.

 

● Parle-nous un peu de tes personnages, comment Ana, Arthur, Valère, Colette et les autres ont-ils pris forme ?

C’est l’un des mystères de l’écriture en ce qui me concerne. Le lieu et le titre s’imposent dans un premier temps, puis les personnages se dessinent et s’affirment en cours d’écriture. Ensuite, ce sont eux qui décident…

 

● Tu as merveilleusement bien décrit les lieux, tu t’es rendue sur place ?

Quand j’écris à propos d’un lieu existant, j’ai besoin de m’entourer de photos et c’est ainsi que j’erre entre les murs… Je ne suis jamais allée au Val Sinestra et je suppose que les descriptions sont parfois éloignées de la réalité. J’ai donc pris quelques libertés tout en essayant de respecter ce magnifique édifice. Mais je ne désespère pas de visiter un jour tous les lieux que j’ai approchés en pensées 😉

 

● Comment organises-tu tes recherches avant l’écriture d’un roman et combien de temps cela te prend-il ?

Je n’ai pas vraiment de règles établies. Les recherches varient selon le sujet abordé et souvent, je poursuis mon travail de documentation en cours d’écriture. Supports photographiques, articles, livres documentés, je m’entoure de ce qui me paraît nécessaire au développement de mon récit.

 

Est-ce que tu es une grande lectrice et si oui qui t’a inspirée ?

Je l’étais. Mais par manque de temps, je lis moins qu’avant. Mon grand « inspirateur » : Stephen King. De mon point de vue, ce sont principalement les émotions qu’il suscite qui sont inspirantes. Sa créativité semble illimitée pour créer des univers singuliers. Et puis, lire en cachette « Carrie » à l’âge de 10 ans laisse des traces…

 

● Quelles sont tes habitudes d’écritures et combien d’heures en moyenne écris-tu par jour ?

Je n’aime pas les habitudes. Je les trouve limitantes. Alors j’ai appris à composer sans. Mes seuls « doudous » sont un feutre noir et une page blanche. Quant aux nombres d’heures consacrées à l’écriture, il varie sensiblement… En raison de mon « deuxième métier », je ne dispose pas d’une grande disponibilité, aussi j’adapte mon temps de travail en fonction de mon énergie et mon humeur.

 

● Quel sera ton mot de fin à cet entretien ?

Un grand merci à toi ! Et bon cap 2020 à tous !

 

Lien vers ma chronique de Sinestra

Je tiens à remercier Armelle Carbonel d’avoir pris le temps de répondre aux questions de la Caverne du Polar. J’espère vous avoir permis de découvrir un peu plus cette auteure de talent.

91604584_o.jpg

Sinestra – Armelle Carbonel

Un grand merci aux Editions Ring pour cette lecture.

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler de Sinestra, un roman d’Armelle Carbonel. La couverture de ce roman est tout simplement magnifique, je la trouve mystérieuse et angoissante à la fois… Cela fait très longtemps que j’entends parler de cette auteure, mais comme tous les blogueurs et blogueuses ma PAL est sans fin. Mais c’est enfin chose faite et j’en suis ravi. C’est parti, suivez-moi en direction du Val Sinestra un refuge isolé dans la vallée des Grisons en Suisse. couv67754589

On se retrouve en 1942 en pleine Seconde Guerre Mondial. Des enfants atteints de désordres psychiques sont emmené par leurs mères au Val Sinestra, un château sinistre planté en plein milieu des montagnes dans la vallée des Grisons en Suisse. Ce lieu a la réputation d’aider les enfants en difficultés, de plus il est situé en Suisse un pays neutre. On fait connaissance à tour de rôle avec Ana, Valère, Arthur, Colette et les autres. Ce sont tous des enfants torturés par les horreurs de la guerre qui viennent essayer de trouver l’insouciance et la paix dans ce lieu. Mais ses femmes et ses enfants qui ont fuis leurs logements sont loin de s’imaginer ce qu’ils vont trouver sur place… Qui sont réellement Signur Guillon et Il docter ses deux hommes qui s’occupent de ce lieu ? Quel est leur rôle et que cherchent-ils ?

Avant tout je dois dire qu’Armelle Carbonel a vraiment beaucoup de talent. J’ai trouvé ses descriptions de très grande qualité, l’ambiance est pesante et sinistre. On arrive vraiment très facilement à se plonger dans ce lieu lugubre et angoissant en plein milieu de cette forêt. Moi qui aime bien les chapitres assez courts, j’ai été ravi et le fait d’alterner la narration par le biais de différents protagonistes est une bonne chose. J’ai adoré lorsque le lieu lui-même prend la parole et devient un personnage à part entière,  j’ai trouvé cela très original. Par contre je dois bien avouer que j’ai trouvé l’intrigue un peu complexe à certains moments et je n’ai pas toujours bien compris vers quelle direction l’auteure voulait nous emmener. Mais j’ai beaucoup apprécié le dénouement qui est très surprenant.

Sinestra est un thriller très sombre, un peu étrange et légèrement complexe mais d’une très grande efficacité. Après avoir fermé ce livre je me suis dit, tiens c’était vraiment quelque chose de différent, et que finalement à force de lire des polars toute l’année j’ai envie d’être surpris et de trouver cette touche d’originalité. Je vais continuer à découvrir l’univers d’Armelle Carbonel avec grand plaisir.

Résumé de l’éditeur :

Suisse. 1942.
Le Val Sinestra, refuge isolé au cœur de la vallée des Grisons entouré de monumentales montagnes, accueille un convoi de réfugiés fuyant les horreurs de la guerre. Des mères brisées au bras de leur progéniture, des orphelins meurtris et atteints de désordres psychiques. Mais là où ils croyaient avoir trouvé la paix, les résidents vont réaliser que le mal a franchi la frontière avec eux.

Armelle Carbonel – Sinestra (Editions Ring 2018)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide

Entretien avec Marc Voltenauer – Le dragon du Muveran

120588203

 

● Pourrais-tu te présenter en quelques mots pour les lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Je suis né à Genève en 1973 d’une mère suédoise et d’un père allemand. Enfant et adolescent, j’étais partagé entre ma passion pour le football et l’idée d’épouser une carrière de pasteur, pour suivre les traces de mon grand-père, évêque au sein de l’église luthérienne de Suède. Après avoir effectué des études de théologie à l’université de Genève, j’ai été engagé comme secrétaire général des Unions chrétiennes de Genève, puis j’ai travaillé pendant huit ans dans les ressources humaines au sein d’une banque à Genève. Puis un tour du monde avec mon compagnon. Au retour, j’ai travaillé pour une entreprise pharmaceutique tout en commençant à écrire mon premier polar. L’année dernière, j’ai arrêté de travailler et je suis parti avec mon compagnon une année en Suède sur l’île de Gotland pour écrire L’Aigle de Sang dont l’intrigue se passe sur cette magnifique île de la mer Baltique. De retour en Suisse, à Gryon où se situent mes deux premiers polars, je suis en train d’écrire la suite des aventures de l’inspecteur Andreas Auer.

 

● Quel est ton premier souvenir avec le monde du livre ?

C’est avec des livres pour enfants suédois que ma mère me lisait.

 

● D’où t’es venue l’envie d’écrire des « Polars » ? Comment est venue l’idée de l’intrigue pour ton premier roman « Le dragon du Muveran » ?

L’écriture s’est imposée à moi sur le tard, à la suite du voyage autour du monde que j’ai fait avec mon compagnon en 2011-2012. C’est Gryon, petit village paisible des Alpes suisses qui m’a inspiré et donné l’envie d’écrire. Gryon – tout comme Fjällbacka pour Camilla Läckberg – était le parfait décor d’un polar : l’atmosphère singulière d’un petit village pittoresque, le savoir-vivre montagnard, l’ambiance chaleureuse des chalets, les différents lieux publics, la vie villageoise, le découpage impressionnant des massifs alentour, les hivers rudes. Juste avant Noël, en 2012, je me suis réveillé au milieu de la nuit et j’ai commencé à mettre sur papier les grandes lignes de l’intrigue du « Dragon du Muveran ». Après quelques nuits, j’ai commencé à écrire. Jamais je n’avais décrit des personnages, des lieux, des ambiances et encore moins eu l’occasion de m’entrainer à l’exercice redoutable de rédiger des dialogues. Très vite, l’écriture est devenue un savoureux mélange entre envie et besoin. Une sorte de drogue douce à laquelle j’avais succombé sans même m’en rendre compte. Une année et demie après cette nuit de Noël de 2012, j’ai écrit la dernière ligne de mon roman avec en prime un sentiment vagabond qui vacillait entre la satisfaction d’être arrivé au bout et un début de mélancolie.

 

● Comment tes personnages prennent-ils vie en général et là tout particulièrement Andreas Auer ?

Mes personnages prennent forme durant la phase de recherche avant le début de l’écriture, mais ils se développent et s’approfondissent au moment où j’écris le livre. Le scénario initial évolue lui aussi en écrivant. Pour chaque personnage, au fur et à mesure de mes réflexions, j’écris une biographie.
En commençant mon premier roman, j’avais le lieu – Gryon -, l’intrigue mais il me manquait encore mon personnage principal. J’ai alors pensé aux flics de mes lectures préférées… Est-ce qu’il allait être…

…une sorte de Harry Hole tout à la fois solitaire, dépressif, alcoolique et attachant ?

…ou alors un Wallander mélancolique, décalé, maladroit et tout aussi attachant ?

…ou encore un Anders Knutas qui vit une vie de famille pépère sur une île suédoise ?

Et je me suis dit alors que je ne voulais ni un alcoolique dépressif ni un père de famille modèle… C’est là qu’Andreas Auer est né dans mon esprit. Andreas est un épicurien bien dans sa peau (vraiment?). Il a grandi en ville et habite maintenant dans un village de montagne. Il est homosexuel et le vit bien. En couple avec Mikaël. Il ne s’est jamais posé de questions. Une vie toute tracée. Il s’intéresse à beaucoup de choses : psychologie, théologie, gastronomie, whisky, cigares. Mais sa plus grande passion est le comportement des tueurs en série. Il aime la démarche qui le conduit à essayer de pénétrer un esprit criminel et de comprendre ses motivations. Découvrir l’identité d’un meurtrier, tenter d’approcher son ombre, cerner son inconscient. L’ombre le fascine. Celle des meurtriers. La sienne, aussi. Il s’engage à fond dans son métier (ou sa vocation?) parfois jusqu’à l’obsession. Un homme à la personnalité complexe. Pour lui, il n’y a pas de blanc ou de noir. Que des nuances de gris… Mais au fil du temps, des questions existentielles font surface et surtout des cauchemars récurrents hantent certaines de ses nuits, ce qui l’a conduit à se retrouver dans mon dernier roman sur l’île suédoise de Gotland sur les traces de son propre passé…

 

● Comment organises-tu tes recherches avant l’écriture d’un roman et combien de temps cela te prend-il?

Pour mon dernier roman, L’Aigle de sang, j’ai fait des recherches et élaboré le scénario pendant près de six mois avant de commencer à écrire. En ce qui concerne les recherches, cela dépend des sujets que je vais aborder. Il s’agit pour moi de lectures, de rencontres avec des spécialistes dans certains domaines, notamment la police, mais aussi pour mon dernier livre avec un archéologue, un historien ou encore un bijoutier. Et je vais aussi faire des repérages sur les lieux que je vais faire vivre dans mon histoire. Le scénario s’élabore comme un puzzle qui prend forme au fur et à mesure de mes réflexions. Il se décline en séquences.

 

● Es-tu un grand lecteur et si oui qui t’a inspiré?

Je suis un grand lecteur, principalement de « polars ». Maintenant que j’écris, je ne lis plus autant qu’avant. À regret. À la base, les livres qui m’ont inspiré et motivé à écrire sont les polars suédois. Je trouvais que la manière dont étaient construits les polars nordiques se prêtait parfaitement au cadre montagnard suisse. Une des clés du polar nordique, c’est son faux rythme. Le polar du nord installe un rythme lancinant. On découvre l’environnement, on apprend à connaître les personnages, on entre chez eux, dans leur vie quotidienne. Cette apparente lenteur est synonyme de profondeur. Puis à un moment donné, l’enquête s’accélère. Le rythme devient haletant et la conclusion souvent explosive. Cette fausse lenteur est aussi en lien avec l’environnement dans lequel s’inscrit la trame. Et dans ce petit village de montagne, on vit dans une apparente quiétude. Certains événements du passé ressurgissent, des conflits latents éclatent, des personnes extérieures viennent s’immiscer dans une ambiance de huis clos, un psychopathe réalise ses pires fantasmes et l’ambiance de huis clos favorise la suspicion au sein de la communauté…

 

● Quelles sont tes habitudes d’écritures et combien d’heures en moyenne écris-tu par jour?

Lorsque je suis dans une phase d’écriture, je me lève tous les matins vers 5 h 30 – 6 h. Je me fais un café et je sors sur le balcon d’où je peux voir le Grand Muveran et les montagnes alentour. Je fume une cigarette (je devrai arrêter…). Ensuite, je me mets à écrire au moins toute la matinée, mais souvent encore une partie de l’après-midi.

 

● Quel sera ton mot de fin à cet entretien?

À ceux qui n’ont pas encore lu un de mes polars, je leur souhaite un périple littéraire haletant au cœur des Alpes suisses.

 

Lien vers ma chronique Le dragon du Muveran

Je tiens à remercier Marc Voltenauer d’avoir pris le temps de répondre aux questions de la Caverne du Polar. J’espère vous avoir permis de découvrir un peu plus cet auteur.

 

topelement.jpg 

Horrora Borealis – Nicolas Feuz

Chronique :

J’ai découvert Nicolas Feuz, avec Le miroir des âmes. Aujourd’hui je vais vous parler de Horrora Borealis dont j’ai beaucoup entendu parler. Nicolas Feuz est procureur du canton de Neuchâtel et s’est lancé dans l’écriture en 2010. A ce jour il a déjà publié 9 romans. Allez c’est parti suivez-moi en direction de la Suisse et la Laponie. couv28792276

La famille Walker se rend en vacances au Nord de la Finlande, en Laponie. Mais malheureusement celles-ci vont vite tourner au cauchemar. Walker qui est de retour à Neuchâtel, se sent très vite observé lors de sa promenade, c’est alors qu’il se réfugie avec hâte en plein festival musical Festi’neuch. Très vite s’en suivent des coups de feu faisant plusieurs morts et également une prise d’otage. Il est impératif pour Walker qu’il se souvienne de son voyage en Laponie, mais tout est si confus dans son esprit… Que s’est-il vraiment passé là-bas, au pays des rennes et du Père Noël ?

J’ai bien aimé l’alternance des chapitres, Nicolas Feuz varie entre le passé, (l’histoire en Laponie) et le présent, (la prise d’otage). Petit à petit on parvient à relier les éléments entre eux, mais que de surprises. Découvrir la Laponie pour moi qui aime beaucoup la neige, la glace et les pays nordiques, a été une très bonne surprise. Les descriptions sont vraiment réalistes. En tant que lecteur on est vraiment pressé de découvrir ce qu’il s’est réellement passé avec cette famille en Laponie. Et quelle surprise lors du dénouement…

Horrora Borealis est un bon thriller, un peu court mais très efficace. Une lecture très agréable que je recommande à tout les amateurs du genre. Je vais bien sûr continuer de suivre Nicolas Feuz, qui est devenu une valeur sûre du polar Suisse. J’ai hâte de lire L’Ombre du renard son prochain roman qui va paraître à la rentrée.

 

Résumé de l’éditeur :

Sur les rives du lac de Neuchâtel, en Suisse, des coups de feu éclatent en plein festival de musique. Le site est évacué. La grande scène devient le théâtre d’une prise d’otages. Un négociateur intervient. Le groupe d’intervention de la police s’organise. Dans l’esprit de Walker, une seule question compte : que s’est-il passé en Laponie ? Ses souvenirs sont flous. Mais il est clair que, de longue date, il ne croit plus au Père Noël. Et vous, y croyez-vous encore ?

Nicolas Feuz – Horrora Borealis (Editions Le Livre de Poche 2018)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide

Entretien avec Pascal du blog Univers Polars

Aujourd’hui on continue cette série d’entretien avec un collègue Suisse, Pascal du blog Univers Polars.

Lyon noir-blanc blog.jpg

 

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ?

En quelques mots ? Non, je ne peux pas ! J’ai une manie qui est quelques fois une qualité mais souvent un défaut, soit de trop écrire. Je n’arrive jamais à faire court. Alors, pour faire moyennement court, ou long, – tout est relatif, finalement -, je me prénomme Pascal, 43 ans, marié, deux enfants jumeaux de 13 ans, un chien (qui nous ramène des truffes) et trois chats (qui ne nous ramènent rien). Je vis dans le canton de Fribourg, en Suisse. Je suis flic dans un centre d’intervention depuis 20 ans. En quelques mots – encore ! -, j’interviens pour divers événements, tels que cambriolages, violences domestiques, agressions, stup, levées de corps (morts naturelles, suicides, accidents, meurtres – très peu ici), etc, soit toutes les belles choses de la vie … La première intervention a toujours été « mon truc ». Je suis bientôt le plus vieux sur le terrain ! C’est un job qu’il faut aimer et, surtout, il faut savoir pourquoi tu le fais. Un job souvent ingrat : un jour, tu es un « héros », le lendemain une « vulgaire merde ».

 

  • Quel est ton premier souvenir avec le monde du livre ?

Vraiment le premier souvenir ? Tu es sûr ? Car je m’en souviens réellement. J’avais, on va dire, quelques années… J’ai reçu « Le livre de la jungle » que j’ai déchiré en entier après quelques minutes en déclarant haut et fort : « A quoi va-t-il me servir, je ne sais pas lire et je ne le saurai jamais ! ». Drôle de réaction, je l’admets …
Sinon, concernant le polar, mes premiers souvenirs sont les « San Antonio » de Frédéric Dard et les « Agatha Christie » … … d’Agatha Christie !

 

  • Quelle est la date de création et l’origine du nom de ton blog ?

Le 26 avril 2011. Le nom complet de mon blog est « Mon univers du polar, du roman noir et du thriller » car, d’une part, ce sont les trois genres qui me passionnent et, d’autre part, ceci représente pour moi tout un univers. Je suis quelqu’un qui est doté d’une âme assez solitaire, j’aime m’enfermer dans ma bulle, et justement dans cet univers. Je ne sais pas si le polar est une extension de mon boulot, une sorte d’exutoire. Lire la douleur des gens, des flics dans les polars, dans la fiction, me permet peut-être, inconsciemment, d’oublier la mienne. C’est assez paradoxal. C’est très flou comme sentiment, c’est dur à expliquer. Je pense que cela me fait du bien ou me rassure de lire des situations que je connais, mais qui ne me concernent pas.
Tu as vu comme j’ai totalement dévié de la question de base ??

 

  • Qu’est ce qui t’a motivé à créer ton blog Universpolars.com ?

Ma motivation ? Je ne vais pas pouvoir faire très court, désolé. Alors … Mon père est également un grand fan de polars / thrillers et m’a souvent demandé ce que j’avais d’intéressant à lire. Un jour, j’ai décidé de mettre tous les livres que je possédais sur un blog – aucune idée ce qu’était un blog à l’époque ! -, avec juste les 4ème de couverture. De cette manière, cela lui donnait l’occasion d’aller en ligne pour consulter ma bibliothèque. Lorsque je l’ai revu, je lui ai demandé ce qu’il en avait pensé et il m’a répondu que c’était absolument nul, en précisant que c’était justement mon avis perso sur les bouquins qui l’intéressait. Depuis ce jour-là, je chronique chaque bouquin qui me passe entre les mains, aimé ou non. Donc, pour répondre à ta question, l’origine est purement familiale. Depuis, beaucoup de choses ont changé. Je suis très bluffé par l’évolution de mon blog.

 

  • Combien d’heures consacres-tu à ton blog chaque semaine ?

Cette fois-ci je vais faire plutôt court car je n’en ai absolument aucune idée. Je consacre très peu de temps pour l’aspect visuel, car cela ne m’intéresse pas. Je ne me focalise que sur le contenu. Les « puristes » me disent que j’ai tort, que c’est une carte de visite mais, pour moi, cela serait de l’escroquerie de faire un beau paquet, bien ficelé, avec que du vide à l’intérieur. Sinon, j’écris mes chroniques en même temps que je lis le bouquin. Je prends des notes, page après page. De cette manière, je crois que je ne passe pas à côté de grand-chose. Du coup, je n’arrive pas à répondre à ta question et j’ai même réussi à faire long pour ne rien dire !

 

  • Quels sont tes auteurs préférés ? 

Je te sors juste une petite sélection qui me vient en tête. Je m’intéresse à Franck Thilliez depuis ses débuts. Il me bluffe souvent et c’est ce que je recherche dans un bouquin : me faire manipuler. Je suis de nature très méfiante et lorsqu’un auteur a réussi à le faire, je suis conquis ! Pour ce même côté « bluffant », j’adore Denis Lehane. J’ai un pote suisse qui a aussi cet art de te retourner la tête avec ses trames impressionnantes, c’est Nicolas Feuz. Il est procureur à Neuchâtel et ses polars sont bien étayés, assez réalistes. Je dis assez car il va parfois très loin ! J’aime Bernard Minier pour son atmosphère, Olivier Norek pour son réalisme, Jussi Adler-Olsen pour son univers, Jacques-Olivier Bosco pour ses polars nourris de vengeance, Karine Giebel pour ses personnages intrigants, Johana Gustawsson pour ses trames déchirantes, Ian Manook pour sa trilogie en Mongolie, Patrick Senécal pour sa violence. J’en oublie, c’est certain …
Il y a des auteurs qui sont parfois moins connus et qui mériteraient beaucoup plus ! Je pense là au Lyonnais André Blanc, qui te sort des polars absolument grandioses ! Mais le monde du livre, de l’édition est parfois un univers impitoyable. Vaste sujet …

 

  • Quelles sont tes autres passions dans la vie ?

Ma famille, qui est un vrai pilier. J’aime pratiquer la course à pieds, pour rester en forme. Je suis passionné de vin et de bière (avec modération, quoique …). J’aime beaucoup aller au resto avec ma femme. Elle apprécie tout particulièrement ce moment, car elle sait pertinemment que ne vais pas sortir un polar … Selon elle, j’abuse un peu …

 

  • Quel sera ton mot de la fin ?

Lire ! Et merci à toi !

 

Merci à Pascal de s’être prêté au jeu et d’avoir répondu à mes questions. J’espère que cet échange vous a plu. A très vite pour un nouvel entretien.

Voici l’adresse de son blog : http://www.universpolars.com/

Profil polar2Profil polar1