La Forêt des ombres – Franck Thilliez

Chronique :

Aujourd’hui, je vais vous parler de La Forêt des ombres le second one-shot de Franck Thilliez, paru en 2006. Même si j’ai une préférence pour les aventures de Sharko & Hennebelle, je découvre avec plaisir tous ses one-shots. En plus ce roman se déroule près de chez moi en Forêt-Noire, (non non pas le célèbre gâteau) je parle bien du massif montagneux situé dans le Land voisin de l’Alsace le Bade-Wurtemberg. C’est parti suivez-moi direction un châlet au cœur de la forêt allemande ! La-foret-des-ombres

On fait connaissance avec David Miller, marié et père d’une fille. Il exerce le métier de thanatopracteur et à côté de cela c’est un tout jeune écrivain de thriller. Mais ce dernier a un souci, il reçoit régulièrement des lettres enflammées d’une certaine Miss Hyde, qui est follement amoureuse de lui. Un jour en sortant du travail, il va faire une rencontre très spéciale. Arthur Doffre un étrange milliardaire lui propose une grosse somme d’argent pour écrire un livre dans lequel il doit faire revivre le célèbre Bourreau 125, un serial killer qui a sévi vingt-cinq ans en arrière. Ce livre devra être écrit en un mois, dans un chalet isolé au fin fond de la Forêt Noire afin de créer une ambiance propice à ce genre d’écriture. Après réflexion, David embarque sa femme et sa jeune fille dans cette aventure. Mais lorsque David et sa famille s’installe dans le chalet rien ne va se passer comme prévu. Au fur et à mesure que David fait renaître le bourreau sur ses pages, le séjour au sein du chalet va virer au cauchemar…

Comme vous le savez, je ne suis pas très fan des huis clos, mais là j’ai bien aimé me retrouver en plein hiver dans un chalet au cœur de la forêt. Grâce aux lieux sombres et oppressants j’ai vraiment réussi à rentrer dans l’histoire, à me projeter et à sentir la tension omniprésente. Les personnages sont tous très mystérieux, à qui faire confiance ? Chacun d’eux à une part d’ombre qui insinue le doute dans notre esprit.

La Forêt des ombres est un huis clos captivant, mêlant angoisses et mystères. Alors que je suis passé à côté de Vertiges, cette fois-ci j’ai vraiment été happé dès le début de l’histoire. J’ai passé un bon moment de lecture avec cette immersion totale au cœur de la Forêt-Noire. Tout de même me faire aimer à Moi un huis clos… Je dis bravo Monsieur Thilliez !

Résumé de l’éditeur :

Paris, hiver 2006. Arthur Doffre, milliardaire énigmatique, est sur le point de réaliser un rêve vieux de vingt-cinq ans : ressusciter un tueur en série, le Bourreau 125, dans un livre. Un thriller que David Miller, embaumeur de profession et auteur d’un premier roman remarqué, a un mois pour écrire contre une forte somme d’argent. Reclus dans un chalet en pleine Forêt-Noire, accompagné de sa femme et de sa fille, de Doffre et de sa jeune compagne, David se met aussitôt au travail. Mais il est des fantômes que l’on ne doit pas rappeler, et la psychose saisit un à un tous les occupants de la ténébreuse demeure cernée par la neige…

Franck Thilliez – La forêt des ombres (Editions Le Passage 2006), (Pocket 2006, 2007, 2010, 2016, 2017), (Editions France Loisirs 2007)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleine

Le Colis – Sebastian Fitzek

 

Un grand merci aux Editions l’Archipel pour cette lecture.

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler de l’auteur Allemand Sebastian Fitzek. Alors oui cet auteur est une valeur sûre dans le monde du thriller psychologique. Mais ma première expérience avec lui a été compliquée. Après c’est vrai que pour sa décharge je ne suis pas vraiment fan de ce genre. En tout cas je ne pouvais pas manquer son dernier roman Le colis sortie en ce début d’année. Allez suivez-moi c’est parti pour Berlin la belle capitale Allemande. couv10685228

On fait connaissance avec Emma Stein une psychiatre très célèbre dans son pays. Seule dans sa chambre d’hôtel, un soir après une conférence, elle se fait agresser par un tueur en série que les médias ont surnommé le Coiffeur, car ce dernier rase la tête de ses victimes avant de les tuer. Heureusement elle s’en sort, mais malheureusement personne ne la croit. Emma ne correspond en rien au profil habituel des victimes, l’endroit qu’elle décrit est introuvable et elle ne se rappelle plus comment elle a pu s’échapper. Suite à son agression Emma est dépressive, elle ne sort plus de chez elle et se bourre de médicaments. Le nombre de personnes qui peuvent l’approcher se compte sur les doigts d’une main. Il lui arrive des choses tellement bizarres que l’on en vient à se demander si tout se produit réellement ou si elle n’est pas tout simplement folle… Et un matin lorsque son facteur sonne à sa porte et lui demande de réceptionner un colis pour son nouveau voisin, qu’elle ne connait pas, tout va basculer, elle va sombrer dans la paranoïa… ou pas… ?!

Le récit est dynamique, les chapitres sont courts et entre folie et réalité il n’y a bien souvent qu’un pas. En tant que lecteur on se pose un tas de questions. Si on aime bien
ce genre de thriller honnêtement c’est très efficace et le roman se lit très vite. Et bien entendu Sebastian Fitzek maîtrise son thème de prédilection que sont les troubles mentaux. Mais bon j’ai trouvé l’histoire dans sa globalité assez incohérente avec un manque de réalisme ahurissant.

Au final que dire de ce livre… Le colis est un huis clos psychologique à l’intrigue qui va un peu trop loin pour moi… Et honnêtement que dire du dénouement complètement irréaliste… Je ne compte pas renouveler l’expérience. Je n’aime vraiment pas ce genre d’histoire et d’intrigue. Es tut mir leid Sebastian, ich habe ja versucht dich zu verstehen aber ich kann es einfach nicht…

Résumé de l’éditeur :

Psychiatre, Emma Stein a été victime d’une agression nocturne dont elle s’est miraculeusement sortie. Depuis, elle vit recluse dans sa maison, de peur de croiser à nouveau la route de ce psychopathe que la presse a surnommé le Coiffeur.
Un jour, son facteur lui demande d’accepter un colis pour l’un de ses voisins. Emma connaît tous ceux qui habitent dans sa rue.
Or, jamais elle n’a entendu parler de cet homme…

Sebastian Fitzek – Le Colis (Editions l’Archipel 2019) traduit de l’allemand par  Jean-Marie Argelès.

Son titre original est « Das Paket » (2016).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-videetoile-vide

Claustrations – Salvatore Minni

Un grand merci aux Editions IFS pour cette lecture.

Chronique :

Aujourd’hui je vais vous parler de Claustrations, le premier roman de l’auteur Belge, Salvatore Minni. Claustrations est un thriller 100 % psychologique. Si vous me suivez régulièrement, vous savez bien que ce n’est pas ce que je préfère, mais j’aime être surpris et découvrir de nouveaux auteurs. C’est parti suivez-moi en direction de… euh cette histoire se déroule dans le pays où vous vivez… couv31537177

Nous suivons le quotidien de trois personnes qui n’ont aucun lien entre eux. Nous avons d’un côté, Charles et sa femme Rose. Charles est un homme âgé de plus de 65 ans, du coup, pour échapper à une nouvelle loi qui le met en danger dans son pays, il se réfugie et se cache dans sa cave. Ensuite, nous faisons la connaissance de Clara qui elle a été kidnappée et enfermé dans une cellule. Elle essaye de trouver une solution pour s’échapper et peut compter sur son amie Françoise, qui tente par tous les moyens de la retrouver. Et enfin il y a Monsieur Concerto, un homme qui a été interné par sa propre femme… car elle le considère comme quelqu’un de très dangereux.

Ce récit nous propulse dans le stress inhérent à l’enfermement. On ne peut s’empêcher de vouloir faire un lien entre les personnages et leur trouver des points communs.
Mais ce que je regrette un peu c’est que pendant toute ma lecture, je me suis demandée où l’auteur voulait en venir. Honnêtement, je n’ai rien compris jusqu’à la fin… L’auteur a voulu garder le mystère jusqu’au bout et je le comprends très bien, mais du coup soit ça marche soit ça ne marche pas, malheureusement pour ma part ça n’a pas marché.

Par contre j’ai adoré cette écriture simple et efficace. Les personnages ont été travaillés à la perfection, surtout Monsieur Concerto qui est d’une réalité monstrueuse… Et Clara quelle battante au courage formidable… Je ne peux malheureusement pas en dire plus sans spoiler.

Claustrations est un premier roman qui traite d’un sujet original. C’est un roman court, et efficace. Mais décidément je n’accroche pas trop à ce genre de thriller psychologique. Malgré tout Salvatore Minni est un auteur à suivre et son prochain roman est prévu à la rentrée 2019.

Résumé de l’éditeur :

Alors que monsieur Concerto tente de découvrir les raisons qui l’ont conduit dans une chambre d’isolement, Charles se cloître de son plein gré. Clara, que son amie Françoise recherche depuis plusieurs semaines, se réveille un matin étendue sur le sol d’une cellule obscure et infestée d’insectes.

Ils ne se connaissent pas et pourtant, ils portent le même tatouage sur le bras…

Chacun d’entre eux se retrouvera face à son destin. Mais, dans leur quête de la vérité, ils se rendront très vite compte que les apparences ne sont pas celles qu’ils croyaient…

Salvatore Minni – Claustrations (Editions IFS 2019), (Editions France Loisirs 2017),(Editions Persée 2015)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-videetoile-vide

Un cri sous la glace – Camilla Grebe

Chronique :

Camilla Grebe est une auteure suédoise très célèbre pour sa série de polars écrite avec sa sœur. Mais aujourd’hui je vais vous parler de son premier roman solo Un cri sous la glaceCe roman paru en 2015 fut un best-seller dès sa sortie. Allez c’est parti, suivez-moi en direction de Stockholm capitale de la Suède. 9782702160213-001-T

Dès le début, le ton est donné avec la découverte du corps d’une jeune femme décapitée dans la maison de Jesper Orre, le directeur général de Clothes&More. Personne ne parvient à l’identifier et le principal suspect a disparu… Pour cette enquête, Peter Lindgren un policier dépressif, doit faire équipe avec Hanne Lagerlind-Schön,une profileuse et une femme qu’il a profondément aimée et quittée dix ans auparavant. La résolution de cette enquête va s’avérer très complexe pour notre duo. Pendant que nous suivons les enquêteurs dans leur travail, Emma Bohman la fiancée de Jesper, va nous raconter son enfance, son adolescence, et sa rencontre avec son patron tout puissant qui va la séduire.

J’ai beaucoup aimé la structure, alternant présent avec Hanne et Peter et passé récent avec Emma. Ainsi, nous suivons l’histoire selon plusieurs angles de vue, à deux périodes différentes qui vont finir par se rejoindre… Camilla Grebe, a créée une ambiance froide typique des polars nordiques. Dans une lenteur très maitrisée, elle nous expose des portraits de personnages très réalistes dotés d’une certaine complexité.

Les chapitres sont bien construits et de nouveaux éléments apparaissent petit à petit. L’auteure joue avec de nombreux flash-back tout au long de l’histoire et nous manipule du début à la fin.

Un cri sous la glace est un thriller psychologique captivant. Je trouve que ce roman est à la fois intelligent et glaçant, une belle découverte. Je vais continuer à suivre Camille Grebe de très près, car c’est indéniable, elle a beaucoup de talent.

Résumé de l’éditeur :

Emma, jeune Suédoise, cache un secret : son patron Jesper,
qui dirige un empire de mode, lui a demandé sa main.
Mais il ne veut surtout pas qu’elle ébruite la nouvelle.
Deux mois plus tard, Jesper disparaît sans laisser de traces et l’on retrouve
dans sa superbe maison le cadavre d’une femme, la tête tranchée.
Personne ne parvient à l’identifier.
Peter, policier émérite, et Hanne, profileuse de talent, sont mis en tandem pour enquêter. Seul problème, ils ne se sont pas reparlé depuis leur rupture amoureuse dix ans plus tôt. Et Hanne a aussi un secret : elle vient d’apprendre que ses jours sont comptés.
Dans un Stockholm envahi par la neige, un double récit étourdissant prend forme. Chaque personnage s’avère cacher des zones d’ombre. À qui donc se fier pour résoudre l’enquête ?

Camilla Grebe – Un cri sous la glace (Calmann-Lévy 2017), (Le Livre de Poche 2018) traduit du Suédois par Anna Postel.

Son titre original est « Älskaren från huvudkontoret  » (2015).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide

Hématome – Maud Mayeras

Chronique :

Cela fait quelques mois maintenant que j’ai ce livre dans ma PAL. J’ai enfin découvert Maud Mayeras avec son premier roman « Hématome » un thriller psychologique. Nous voici donc parti en direction de… Oh je ne m’en rappelle plus ! hématome

Suite à une agression Emma Karzan se retrouve dans un lit d’hôpital. Elle se réveille  au bout de quelques jours de coma totalement amnésique. Elle ne se rappelle pas avoir été agressé à la sortie du cinéma avec son compagnon. Sa mémoire va revenir au fur et à mesure mais entre le présent et les souvenirs de son passé tout est très confus. Que doit-elle croire et surtout qui croire ? A qui peut-elle faire confiance ? Elle va se reconstruire avec l’aide de son compagnon Karter. Dès le début on est plongé au cœur même du personnage principal. On a perdu la mémoire avec Emma et petit à petit on la retrouve avec elle grâce à des bribes de souvenir qui lui reviennent. On tente comme elle de reconstruire le fil de son passé. Tout au long du roman on en sait autant qu’elle, c’est vraiment le gros point fort de ce livre.

Les personnages sont intriguant et mystérieux. L’écriture est précise, fluide et très rythmée. L’ambiance est angoissante. Quant au titre je dis bravo, il a vraiment pris tout son sens. Et quel dénouement surprenant, je dois bien l’avouer je n’ai rien vu venir.

J’ai hâte de lire d’autres romans de Maud Mayeras. C’est un premier roman très réussi que je recommande vraiment à tout le monde. Une dernière chose encore, il faut le souligner c’est très rare qu’un premier roman soit si abouti. Quelle maîtrise !

Résumé de l’éditeur :

Une jeune femme se réveille péniblement dans une chambre d’hôpital. Elle ne sait ni qui elle est, ni pourquoi son corps la fait autant souffrir : sa mémoire est comme effacée. À son chevet, Karter, son compagnon. Effondré, il apprend à la jeune femme qu’on l’a agressée, puis violée. Il fera tout pour lui redonner le goût de vivre. Dès sa sortie, Emma, assaillie par des flashs terrifiants, tente de reconstituer le puzzle de sa vie. Les questions se suivent et les zones d’ombre apparaissent : qui l’a agressée alors qu’elle attendait un enfant ? Elle dirigeait une affaire prospère ; quel grand malheur a mis un terme à sa carrière ? Son frère et sa mère sont morts ; pourquoi le silence la sépare-t-elle de son père depuis toutes ces années ?
Bribe par bribe, les souvenirs ressurgissent, sans apporter compréhension ni réconfort. Emma croise des personnages de plus en plus inquiétants et la mort semble peu à peu tout recouvrir autour d’elle, telle la neige qui prend doucement possession de la ville.
Le mystère s’épaissit pour brutalement exploser dans un dénouement aveuglant, comme un flash dans l’obscurité.

Maud Mayeras – Hématome (Calmann-Lévy Avril 2006), (Livre de Poche 2007, 2010)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide